Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéDiagnosticAnalyses in vitroDosage de l’hormone folliculo-stimulante
mercredi 20 mai 2015

Le dosage de l’hormone folliculo-stimulante

Le dosage de l'hormone folliculo-stimulante permet donc de déceler de possibles affections ou troubles touchant les fonctions génitales d'un patient. Issue de la famille des gonadotrophines, l’hormone folliculo-stimulante est produite par l'antéhypophyse. Sa production est contrôlée par la GNRH qui est sécrétée par l'hypothalamus. Son taux est également fonction de la quantité d'inhibine et d'œstradiol dans le sang (hormones produites par les ovaires et les testicules).

L’hormone FSH joue aussi bien un rôle chez la femme que chez l’homme. Chez la femme, la FSH permet de concourir à la stimulation de la croissance des follicules et aide également à la production des estrogènes. Chez l’homme, l’hormone folliculo-stimulante intervient dans la production de la testostérone et participe à la spermatogénèse en la stimulant.

Dans quel cas est indiqué le dosage ?

Le dosage intervient généralement dans le cadre des tests de la fertilité féminine. Il est donc prescrit en cas d’aménorrhée et pour évaluer la fonction ovarienne. Dans une moindre mesure, le dosage peut être utilisé pour prescrire un traitement hormonal substitutif, stopper la prise de contraceptif ou diagnostiquer une péri-ménopause ou une ménopause. Enfin, le dosage aide à déceler des anomalies de croissance (troubles de la puberté). Au niveau des patients masculins, le dosage concourt au diagnostic de certains troubles génitaux tels que l’hypogonadisme ou l’infertilité.

Le prélèvement de l’échantillon

Avant le rendez-vous pour le prélèvement, la patiente doit donner la date de ses dernières règles si elle est en dehors de la ménopause. Il est également important qu’elle mentionne certains signes cliniques comme les bouffées de chaleur, les acnés, les cycles menstruels irréguliers. La patiente doit aussi préciser le type de traitement hormonal qu’elle suit. Il peut s’agir de traitements contraceptifs ou substitutifs de la ménopause.

En cas de cycles menstruels réguliers, le rendez-vous de la patiente est programmé entre le 3e et le 5e jour de son cycle. Si la patiente est atteinte d’aménorrhée, il n’est pas obligatoire qu’elle se rende au laboratoire un jour spécifique.

Les valeurs normales

Le taux de FSH n’est pas toujours constant. En effet, a la naissance (3 à 6 semaines), il est compris entre 1 et 15 UI/L chez la femme et 1 et 8 UI/L chez l’homme. Avant la puberté, le taux de l’hormone reste relativement bas et est situé en dessous de 5 UI/L. Durant la puberté, le taux s’accroît et atteint son seuil au cours de la nuit.

Au cours du cycle menstruel, le taux de FSH s’élève au terme de la phase lutéale. Les chiffres diminuent lors du 7e jour de la phase folliculaire. Pendant la phase ovulatoire, le taux de FSH est 5 à 30 UI/L. La concentration de FSH augmente également durant la ménopause (20 à 120 UI/L)et l’andropause ou le retour d’âge masculin (37 à 100 UI/L).

Les variations pathologiques

Un taux anormalement élevé de FSH dans le sang signifie une possible insuffisance ovarienne se manifestant par des aménorrhées, la ménopause ou des dysgénésies gonadiques. Au niveau des hommes, une élévation du taux peut mettre en évidence une cryptorchidie, une anorchidie, un syndrome de Klinefelter, etc. L’élévation peut être également due à une chimiothérapie ou toute autre irradiation. Tandis qu’une forte baisse de concentration de FSH peut traduire la présence d’une insuffisance antéhypophysaire causée par affection tumorale.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.