Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesSphère ORLDysphonie et homéopathie
jeudi 17 août 2017

Traiter la dysphonie par homéopathie

La dysphonie est un trouble de la voix qui rend difficile l’émission de la voix et empêche le sujet de parler normalement. Communément appelée enrouement, elle peut être aigüe ou chronique. Elle altère le timbre, la hauteur et l’intensité de la voix, puis perturbe la communication chez le patient. Ainsi, la voix est affectée et sa fréquence est également modifiée.

Le sujet atteint de dysphonie ne parvient pas à contrôler le tonus de sa voix. La voix est saccadée, enraillée ou devient exagérément aigüe ou grave. D’apparition brutale ou progressive, voire intermittente, cette modification de la qualité de la voix affecte fréquemment ceux qui utilisent la voix au cours de l’exercice de leur profession (chanteur, avocat, enseignant) ou les enfants qui aiment crier. Ce trouble est également marqué par une voix rauque, cassée ou par l’émission simultanée de deux sons (bitonalité). Parfois, le sujet est affecté par une extinction de la voix. La dysphonie peut être associée à une fatigue vocale ou, parfois, à des sensations douloureuses.

Causes

La dysphonie peut résulter d’un usage intensif de la voix, d’une lésion des cordes vocales ou d’une inflammation bénigne ou transitoire du larynx. Elle peut être liée à un surmenage vocal ou à des troubles de la déglutition qui affectent les cordes vocales ou le larynx. Un blocage de la vibration vocale résultant d’une inflammation de la muqueuse qui recouvre les cordes vocales ou une anomalie vibratoire de cette muqueuse, peut entraîner une modification de la voix.

D’autres facteurs sont susceptibles de provoquer une dysphonie, à savoir, une lésion bénigne des cordes vocales (nodule, polype), une rhinopharyngite, la papillomatose laryngée. Le fait de hurler, de tousser souvent à cause d’une allergie, peut être à l’origine d’un trouble de la voix. L’alcool et le tabac constituent des facteurs aggravants.

Quelques traitements homéopathiques efficaces contre la dysphonie

Les cas de dysphonie peuvent être traités en ayant recours à 5 granules de
Causticum 15 CH, deux à quatre fois par jour. Ce remède homéopathie est bien utile lorsque la voix est enrouée, surtout le matin, ou quand l’extinction de la voix est manifeste. Il est efficace lorsque la voix est rauque à la suite d’une laryngite aigüe.

L’absorption de 5 granules de Rhus toxicodrendron 9 CH, 4 fois par jour, peut également soulager le patient affecté par une dysphonie consécutive à un effort vocal violent ou caractérisée par une voix enrouée qui s’améliore lorsqu’il parle.

Argentum nitricum 9 CH peut être administré, à raison de 5 granules deux fois par jour, de préférence, le matin et le soir, en présence d’un enrouement qui survient chez un patient qui se racle régulièrement la gorge et qui éprouve une sensation assimilable à une écharde plantée dans la gorge.

L’enrouement peut être associé à une quinte de toux, dans ce cas, Argentum metallicum 5 CH, peut être prescrit, à raison de 5 granules le matin et le soir.

Quand consulter un médecin ?

Lorsque la dysphonie n’évolue pas favorablement, il est important de consulter un médecin, surtout si elle persiste pendant plus de 8 jours. Dans ce cas, un examen des cordes vocales, s’impose. Aussi, cette consultation médicale s’avère nécessaire, si la dysphonie survient fréquemment ou est associée une gêne respiratoire, un mal de gorge, une difficulté à avaler avec une extinction de la voix qui perdure pendant plus de 15 jours malgré les traitements.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.