Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesSphère ORLDyspnée et homéopathie
jeudi 10 août 2017

Soulager la dyspnée par homéopathie

Le mot Dyspnée provient des termes grecs ‘’dys’’ désignant difficulté et ‘’ pnéo’’ qui signifie respiration. Cette difficulté respiratoire se manifeste par une sensation désagréable de manque d’air ou une sensation d’essoufflement. Au cours de l’inspiration, l’air pénètre, alors, difficilement dans l’appareil respiratoire. Lors de l’expiration, le thorax éprouve des difficultés pour se vider. Affectant du coup le temps inspiratoire et le temps expiratoire, la gêne respiratoire désagréable qui survient, est marquée par une intensité plus ou moins grande. Elle peut être associée à une modification de la fréquence respiratoire. Qu’elle soit chronique ou aigüe, la dyspnée peut être le signe d’une pathologie.

Symptômes

Avec la dyspnée, la respiration n’est plus un automatisme, mais le résultat d’un effort. Le mouvement respiratoire exige un effort supplémentaire et devient alors une souffrance. Le sujet manque d’air pour respirer. En plus du manque d’air, les manifestations de la dyspnée sont l’essoufflement et la sensation d’étouffement au centre de la poitrine. Parfois, survient un blocage complet de la respiration. Cet inconfort respiratoire peut être accompagné d’une douleur thoracique, d’une toux sèche, d’une série de palpitations, d’une fatigue physique ou d’une expectoration. Ce trouble respiratoire peut se manifester lorsque le sujet fait un effort ou quand il est couché.

Causes

Les causes de la dyspnée sont multiples. Elles peuvent être d’ordre cardiaque et se manifester avec l’apparition d’une pathologie affectant le cœur. Ainsi, une dyspnée peut être provoquée par un dysfonctionnement du myocarde, une insuffisance cardiaque, les arythmies cardiaques, une péricardite et une augmentation du débit cardiaque. D’autres facteurs peuvent intervenir au niveau des poumons et favoriser une gêne respiratoire, ce sont, entre autres, l’asthme, la bronchite, l’embolie pulmonaire, la pneumonie, les infections pulmonaires, les pneumothorax. La dyspnée peut être liée à une anémie, une amygdalite, un exercice physique particulièrement intense, un trouble d’anxiété généralisée.

Quand consulter un médecin ?

Il est important de prendre un rendez-vous avec un médecin quand la gêne respiratoire est répétitive. La prise en charge médicale doit intervenir rapidement quand les symptômes s’aggravent ou paraissent potentiellement mortels. En tout état de cause, il est nécessaire de consulter un médecin, dans les plus brefs délais, quand la dyspnée est associée à une cyanose, une respiration rapide, un ralentissement ou une accélération du rythme cardiaque.

Traitement homéopathique de la dyspnée

Arnica Arnica

La dyspnée qui survient lors d’un effort physique peut être traitée avec Arnica Arnica. La dilution 5 CH est recommandée, à raison de 3 granules, trois fois par jour.

Quebracho

Quebracho 5 CH est, également, un autre médicament homéopathique qui peut être prescrit en vue de réduire la dyspnée qui survient au cours d’une cardiopathie ou d’une pneumopathie. Cette dyspnée est aggravée au moindre mouvement avec une amélioration lorsque le patient est assis immobile. Le patient peut avoir recours à 3 granules, trois fois par jour.

Kalium sulfuricum

Kalium sulfuricum est préconisé lorsque la dyspnée est associée à une fatigue intense. Dans ce cas, il convient d’absorber 2 granules en dilution 5 CH, trois fois par jour.

Bromum

Bromum est prescrit lorsque la dyspnée est caractérisée par une impossibilité de respirer à fond ou en présence d’une dyspnée inspiratoire. Aussi, chez les sujets confrontés à une dyspnée lorsqu’ils avalent, cette souche homéopathique peut être administrée à raison de 3 granules en dilution 9 CH, trois fois par jour.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.