Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesSphère ORLRhinopharyngite et homéopathie
mardi 15 août 2017

Traiter la rhinopharyngite par homéopathie

La rhinopharyngite est une infection des voies respiratoires au niveau du rhinopharynx, c’est-à-dire, la cavité qui s’étend des fosses nasales jusqu’au pharynx. Cette inflammation du nez et du haut de la gorge est, communément, appelée le rhume. D’origine virale, elle est généralement bénigne, mais très contagieuse. Elle affecte, les hommes et les femmes de tout âge, mais très fréquemment les enfants.

Manifestations

La rhinopharyngite ou rhume se manifeste couramment par un mal de gorge, plus ou moins intense, et une fièvre modérée, (inférieur à 39°C). Ces symptômes sont associés à des éternuements et à un écoulement nasal caractérisé par des sécrétions claires ou translucides qui, en s’infectant, deviennent, plus tard, épaisses, jaunes ou verdâtres. Cet écoulement nasal peut alterner avec une congestion nasale qui donne la sensation d’un nez bouché. La rhinorrhée peut être mucopurulente ou même trainante. Des épisodes de toux légère, des maux de tête, des malaises, des vomissements, une diarrhée et une fatigue, peuvent également apparaître. Habituellement après une semaine, les symptômes disparaissent lorsqu’il n’y a pas de complications. L’évolution de la pathologie est favorable en 7 à 10 jours.

Causes

La rhinopharyngite est causée par une infection due à un virus. Plusieurs virus sont susceptibles de provoquer cette pathologie. Les virus couramment identifiés sont les rhinovirus, les entérovirus, les adénovirus, les virus parainfluenza. Le virus s’installe dans la cavité nasale par inhalation des gouttelettes de muqueuses rejetées par une personne infectée lorsqu’elle tousse ou éternue. Aussi, la contamination est favorisée par les particules émises lorsque le sujet infecté, se mouche. La salive, les mains et les objets contaminés par les gouttelettes contenant le virus, sont également des modes de transmission.
Le sujet infecté est contagieux dès le premier jour de l’apparition des symptômes, et ce, quelques jours après la guérison (1 ou 3 jours).

Traitement homéopathique de la rhinopharyngite

Dans le cadre du traitement de la rhinopharyngite, Alium cepa est une souche homéopathique habituellement préconisée. Ce remède est bien indiqué lorsque l’écoulement nasal est clair et abondant, avec des éternuements. Dans ce cas, le patient devra absorber, 5 granules issus de la dilution 9 CH, toutes les heures. Avec les améliorations, les prises doivent être espacées.

Si l’écoulement nasal est épais et verdâtre, il convient de préférer Kalium Bichromicum 9 CH. La posologie consiste à prendre 5 granules toutes les deux heures jusqu’à ce que les symptômes disparaissent. Ce médicament est également utile lorsque le sujet est confronté à des maux de gorge, des éternuements et à des quintes de toux.

Lorsque le sujet est confronté à des éternuements, à un écoulement nasal au cours de la matinée et à un nez bouché, le soir, Nux vomica 5 CH est le remède prescrit, à raison 5 granules toutes les heures.

Natrum muriaticum 5 CH est également recommandé en présence des symptômes de la rhinopharyngite, à raison de 5 granules, trois fois par jour.

Quand consulter un médecin ?

La consultation d’un médecin s’impose lorsque les symptômes ne disparaissent pas au bout d’une semaine ou lorsqu’il n’y pas d’amélioration. La persistance de la fièvre au-delà de trois jours, les difficultés respiratoires et des violents maux de tête, sont également des motifs de consultation. L’apparition d’un gonflement des paupières ou une conjonctive purulente, nécessite une consultation médicale, dans les plus brefs délais.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.