Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéAnatomieThoraxCoupoles diaphragmatiques
Coupoles diaphragmatiques
Mardi 21 avril 2015

Le diaphragme

Le diaphragme est un muscle squelettique mince et large, qui sépare la cage thoracique de la cavité abdominale. C’est une cloison musculaire et tendineuse, en forme de voûte, qui caractérise les mammifères. Le diaphragme est divisé en deux parties latérales ou coupoles diaphragmatiques.

Le diaphragme est composé de trois orifices, par lesquels passent l’aorte, la veine cave inférieure et l’œsophage. Chez l’homme, le diaphragme est attaché aux vertèbres lombaires, aux côtes inférieures et au sternum. Il est innervé par le nerf phrénique, un nerf issu du plexus cervical.

Cloison complexe d’origine embryonnaire

Le diaphragme dérive de la fusion de quatre structures embryonnaires, dont le septum transversum, les membranes pleuro-péritonéales, le mésoderme para axial et le mésenchyme œsophagien. Il est constitué du xiphoïde (structure osseuse ou cartilagineuse se situant au niveau inférieur du sternum), d’un faisceau musculaire s’attachant autour de l’orifice inférieur du thorax, d’une partie centrale et tendineuse ou centre phrénique, de trois grands orifices traversés par la veine cave inférieure, l’aorte et l’œsophage et de petits orifices, donnant le passage à des veines, au nerf sympathique et aux nerfs splanchniques.

Fonction

Le diaphragme est le muscle respiratoire principal, qui initie les mouvements d’inspiration et d’expiration. La contraction et l’expansion du diaphragme, jouent un rôle prépondérant dans le phénomène de la respiration. Le diaphragme est un muscle inspirateur. Au cours de l’inspiration, le diaphragme se contracte, s’aplatit et favorise l’accroissement du volume thoracique ; permettant l’entrée de l’air dans les poumons.

Au repos le diaphragme revient à sa forme initiale et l’air ressort des poumons (expiration). La contraction du diaphragme joue également un rôle dans le processus de la digestion. Il exerce une pression sur l’abdomen, qui stimule l’estomac et par conséquent induit le processus de digestion. La contraction spasmodique involontaire du diaphragme est également responsable du hoquet.

Pathologies du diaphragme

Les maladies et anomalies du diaphragme sont dues parfois à des pathologies congénitales, des traumatismes accidentels, des infections ou des troubles de fonctionnement. L’hernie diaphragmatique peut être aussi liée à un traumatisme accidentel. Elle est caractérisée par le glissement d’un organe à travers un orifice du diaphragme. Les tumeurs du diaphragme sont multiples.

On distingue les tumeurs primitives osseuses (angiomes, chondromes et sarcome d’Ewing) et les tumeurs des parties molles (lipome et élastofibrome dorsal). La plaie du diaphragme est un traumatisme accidentel se manifestant par la déchirure de la coupole diaphragmatique. Les infections du diaphragme comprennent les arthrites infectieuses sterno-claviculaires, qui sont liées à un abcès rétro-sternal et à une destruction osseuse et l’ostéite sternale, qui est liée à la dégénérescence des bords du sternal.

Des pathologies touchant d’autres organes tels que l’estomac (l’ulcère), le cœur (insuffisance cardiaque), la vésicule biliaire ou le pancréas peuvent causer les infections du diaphragme. Les troubles du fonctionnement du diaphragme sont le plus souvent liés aux stress ou aux chocs émotionnels. Il s’agit de la maladie du soupir ou syndrome chronique d’hyperventilation, une maladie caractérisé par un blocage du diaphragme.

Ces différentes pathologies sont traitées en fonction des causes soit par intervention chirurgicale soit par réduction des facteurs de la cause ou par une rééducation à l’aide de techniques de la respiration.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.