Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Le bras : élément osseux, composants musculaires, système vasculo-nerveux et veineux

Bras

Provenant du mot latin bracchium, le bras est la partie du membre supérieur qui s’étend de l’épaule aux articulations du coude. Parfois appelé bras supérieur, ce segment du corps, de forme cylindrique et aplatie, présente deux faces : l’une postérieure et l’autre antérieure.

Le bras est constitué d’un élément osseux, d’une musculature et de divers nerfs, artères et veines. Lucarne sur ces différentes composantes.

Le squelette du bras

Le bras est composé d’un seul os : l’humérus. Cet os long qui facilite les mouvements du bras, est constitué d’un corps, d’une extrémité supérieure et d’une extrémité inférieure.

Le corps de l’humérus ou diaphyse, est triangulaire au niveau de la moitié supérieure, arrondi vers le haut, aplati vers le bas. Il possède trois faces (interne, externe et postérieure) et trois bords (antérieur, externe et interne).

L’extrémité supérieure ou épiphyse supérieure est composée d’une tête dotée d’une surface articulaire et de deux éminences, la grosse tubérosité et la petite tubérosité. L’extrémité inférieure est caractérisée par une surface articulaire et deux saillies ou apophyses latérales.

Les muscles du bras

Les principaux muscles du bras sont répartis dans deux loges musculaires : antérieure et postérieure. La loge postérieure est constituée du triceps brachial. C’est un muscle extenseur du coude, de l’épaule, de l’avant-bras sur le bras.

La loge antérieure est composée du muscle coraco-brachial, du muscle branchial antérieur et du muscle biceps brachial. Le muscle coraco-brachial est un adducteur du bras mais également un fléchisseur du bras à l’épaule. Il permet d’élever le bras ou de le plaquer sur le thorax. Le muscle muscle branchial antérieur est un fléchisseur de l’avant-bras sur le bras. Il facilite ainsi la flexion du coude. Le muscle biceps brachial intervient lors de la réalisation de diverses actions motrices, notamment la flexion du coude, le mouvement de rotation de l’avant-bras (supination).

Les nerfs du bras

Le bras est innervé par 4 nerfs principaux : le nerf musculo-cutané, le nerf radial, le nerf médian et le nerf ulnaire.

Le nerf musculo-cutané est le nerf de la loge antérieur du bras, il innerve les téguments de la portion antérieure du bras, les muscles fléchisseurs et la peau de la face latérale du l’avant-bras. Ce nerf somatomoteur et somatosensitif a une fonction motrice liée à la flexion du bras sur l’avant-bras et à la supination. Il assure également la sensibilité au niveau de la face externe de l’avant-bras.

Le nerf radial innerve le muscle de la loge postérieur du bras ainsi que les muscles de la peau de l’avant-bras et des mains. Il s’agit d’un nerf moteur au niveau des muscles du bras. Il contribue par ailleurs à l’extension du membre supérieur et à la supination. Il a également une fonction sensitive au niveau de la face postérieure du bras et de l’avant-bras.

Sensitif et moteur, le nerf médian permet d’effectuer des mouvements, notamment la flexion de la main. Les sensations provenant du bras et de la main sont ressenties par le biais de ce nerf.

Le nerf ulnaire ou cubital est également un nerf qui passe dans le bras. Il a pour territoire sensitif la face palmaire des doigts et de la main. La préhension et divers mouvements tels que l’écartement, le rapprochement et la latéralité des doigts constituent des fonctions motrices liées au nerf cubital.

Les réseaux artériels et veineux

L’artère branchiale ou humérale est la principale artère du bras. Elle longe l’humérus et irrigue les muscles fléchisseurs du bras et se bifurque en dessous du coude, en artère radiale et artère cubitale. Les principales branches collatérales de cette artère sont l’artère collatérale ulnaire supérieure et inférieure, l’artère humérale profonde, l’artère nourricière de l’humérus.

Le réseau veineux du bras est constitué des veines profondes et des veines superficielles. Les premières renferment les veines humérales (externe et interne). Les secondes, les veines profondes regroupent la veine céphalique et la veine basilique.

Sources

Dr. Bertrand Boutillier, Pr. Gérard Outrequin, Anatomie,
http://www.anatomie-humaine.com/-Nevrologie-.html

Marc Revol, Jean-Marie Servant, Anatomie du bras,
http://www.anato.info/fiches/bras_.pdf?#zoom=81&statusbar=0&navpanes=0&messages=0

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.