Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTraumatismesBrûlures et homéopathie

Faire face aux brûlures avec l’homéopathie

Brûlures et homéopathie

Les brûlures sont des lésions de la peau, provoquée généralement par une source de chaleur importante ou une agression chimique ou électrique. En dehors de la peau, elle peut également affecter les muqueuses ou même les os. Cette destruction partielle ou totale de la peau peut être plus ou moins grave en fonction de la localisation de la zone lésée, de la cause, de l’étendue et de la profondeur de la brûlure.

On distingue trois degrés de gravité en ce qui concerne les brûlures.
Lorsqu’il s’agit d’une brûlure du premier degré qui est moins grave, c’est seulement l’épiderme (couche superficielle de la peau) qui est touché. Elle se manifeste par une douleur légère à modérée, des rougeurs et une sensibilité accrue de la zone lésée. Après plusieurs jours, la peau peut desquamer

Les brûlures du second degré sont dites superficielles lorsqu’elles affectent l’épiderme et la partie supérieure du derme (la deuxième couche de la peau). La peau se gonfle, devient rouge et suintante. Des cloques contenant un liquide clair, apparaissent. A ce stade, la douleur est importante. Les brûlures du second degré, dites profondes, sont caractérisées par la destruction de la totalité de l’épiderme et du derme. Sous les cloques qui apparaissent, la peau est pâle, le derme est décoloré. La douleur est faible ou absente. On peut également constater l’apparition des vésicules.

Les brûlures du troisième degré, sont les plus graves, elles entraînent une destruction de toutes les couches de la peau (épiderme, derme, et même l’hypoderme, la troisième couche de la peau). Avec la destruction des terminaisons nerveuses, l’atteinte de la peau se manifeste par une absence de douleur. Les muscles, les tendons, les nerfs, les os, peuvent être endommagés. La peau est cartonnée ou calcinée avec l’apparition d’une plaie brune ou noire.

Les causes des brûlures sont très diverses. Généralement, elles sont provoquées par des flammes de feu ou une source de chaleur très importante (un fer chaud, un fer à repasser, une cigarette, une eau bouillante). Les rayons ultra-violets du soleil, une exposition à un agent radioactif (rayons X), un courant électrique, des produits corrosifs chimiques, sont susceptibles d’être à l’origine des brûlures.

Traitements homéopathiques des brûlures

Le traitement homéopathique, en cas de brûlures, permet de calmer la douleur et d’aider à la cicatrisation des plaies.

Ainsi, les sensations douloureuses peuvent être rapidement éliminées avec la prescription de Cantharis 4 CH. Ce remède est également bien indiqué à la suite d’une brûlure par l’eau bouillante, par une poêle brûlante ou en cas de brûlure du second degré.

Il est préconisé quand une rougeur ou des vésicules apparaissent sur la peau. La posologie consiste à prendre 3 granules, 4 à 5 fois par jour.

En présence des brûlures du premier degré, Apis melifica 5 CH peut être administré à raison de 3 granules trois fois par jour.

Lorsque les brûlures sont associées à l’apparition de petites cloques qui démangent, Urtica urens 5 CH déploie un effet bénéfique quand le brûlé absorbe 2 granules, trois fois par jour.

Causticum est également utile en cas de brûlures par des produits chimiques. Lorsque les cicatrisations sont douloureuses à la suite d’une brûlure, ce remède est également actif, à raison de 3 granules issus de la dilution 5 CH, 3 fois par jour.

Quand consulter un médecin ?

Les brûlures provoquées des produits chimiques, requièrent une consultation médicale, même s’il s’agit des cas de brûlure du premier degré. Cette consultation doit intervenir dans les plus brefs délais en cas de brûlures du 3ème et du 2ème degré profond. Ces cas peuvent nécessiter un traitement chirurgical en vue d’exciser le tissu dévitalisé et le remplacer par une greffe de la peau.

Une chirurgie réparatrice peut être également envisagée après les cicatrisations des lésions cutanées. Le recours à une structure médicale spécialisée dans la prise en charge des brûlés et une hospitalisation en soins intensifs, peuvent s’avérer nécessaire en cas de brûlure électrique ou chimique.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.