Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéPsychologieAdultesIrritabilité, colère et agressivité
Irritabilité, colère et agressivité

Vaincre l’irritabilité, la colère et l’agressivité chez l’adulte

Les sauts d’humeur peuvent se manifester de diverses manières avec des conséquences négatives allant de l’irritabilité à la colère. Ces diverses émotions ainsi que les comportements agressifs transparaissent de façon plus ou moins brutale, parfois imprévisible dans les relations sociales. Inappropriées, ces modes d’expression et de communication qui s’avèrent souvent néfastes, ne sont pas des fatalités, il est possible d’agir et d’y remédier.

Éviter de se mettre en colère ou de s’irriter s’avère en soi un exercice difficile ou quasiment impossible. Par contre, dominer ces émotions et revenir à une humeur normal est nettement possible, méritoire puisque cela permet de s’affranchir d’éventuelles conséquences fâcheuses dont l’agressivité.

L’irritabilité : manifestations, causes et solutions

L’irritabilité est une réactivité disproportionnée ou une réponse extrême face à des stimulations extérieures négatives. Il s’agit d’un état nerveux déclenché par des situations variées. Le sujet irritable qui s’emporte aisément, ne parvient pas à garder le contrôle sur lui-même et perd son calme face à un évènement déclencheur qu’il pense ne pas être en mesure de gérer.

Souvent associée à un état de stress ou à une anxiété, l’irritabilité peut avoir une origine hormonale. Elle peut se manifester lors des états dépressifs ou chez certains sujets paranoïaques ou confrontés à des problèmes familiaux, professionnels.

Il est important de détecter l’origine de cet état émotionnel en vue d’apaiser cette réactivité disproportionnée. Aussi, la pratique de certaines activités physiques comme la marche et la natation est utile pour apaiser l’individu et l’aide à avoir un meilleur contrôle sur ces émotions. Une meilleure gestion du stress et la réduction de la consommation de l’alcool ou des drogues sont aussi conseillée par les spécialistes. et des saines habitudes de vie, permettent de gérer au mieux l’irritabilité.

La colère

La colère est un état émotionnel. Lorsqu’elle est hors de contrôle, elle est considérée comme étant une réaction négative, voire destructive.

Elle se manifeste par une rage extrême, une fureur ou même une exaspération face à une frustration. Elle peut survenir lorsque le sujet se sent insulté, victime d’une injustice ou énervé par une situation ou par quelqu’un. Elle peut être liée à un stress.

Il est important de comprendre l’origine de la colère afin de mieux la contrôler. Une meilleure gestion des émotions et des conflits ainsi que l’apprentissage de la respiration profonde et de la relaxation, permettent de mieux canaliser la colère.

L’agressivité : la comprendre et la vaincre quand elle est nuisible

L’agressivité est un comportement verbal ou physique associé à une intention de nuire à autrui ou de porter atteinte à l’intégrité physique ou psychique d’autrui.
Elle peut être une conséquence de l’irritabilité et la colère, des émotions ou des sautes d’humeur. Ces émotions peuvent être vécues péniblement avec une certaine tendance à des réactions agressives contre soi ou contre autrui.

Des chercheurs ont prouvé que l’agressivité est liée, non pas au taux de testostérone, mais plutôt à la façon dont cette hormone est utilisé dans le cerveau.

L’agressivité se manifeste généralement par des coups, des jets de projectiles, des morsures qui peuvent occasionner des blessures. On lui connaît d’autres manifestations : des cris, des rabrouements, des injures, des moqueries.

Il est nécessaire de mieux gérer ses émotions afin de lutter efficacement contre l’agressivité. Pour ne pas avoir à poser un acte regrettable sous l’effet d’une émotion négative, il importe de faire sienne cette recommandation que les psychologues font aux décideurs : ne jamais rien décider sous l’effet de l’émotion.

En d’autres termes, il vaut mieux se taire et ne rien faire, lorsqu’on se sent sous l’emprise de la colère, de l’irritabilité. Une fois ces émotions passées, on a le recul nécessaire pour décider et agir convenablement.

L’aide d’un thérapeute peut également permettre de venir à bout de l’agressivité.

Fuguer peut se faire sur un coup de tête ou émanant d’un malaise profond. Comprendre les raisons qui motive un adolescent qui quitte subitement la maison permet de mieux gérer la situation.

Les raisons

Les facteurs déclencheurs d’une fugue sont en relation directe avec la famille, en l’occurrence un contexte familial difficile ou des conflits familiaux. La fugue peut surgir dans une période de conflit avec les parents. L’adolescent qui ne se sent pas entendu, ni respecté, peut passer à l’acte pour protester contre une situation familiale ou pour exprimer un sentiment de mal-être. Il est affecté par un manque d’écoute, de communication ou de compréhension dans le cercle familial.

La fugue qui cache un profond malaise, apparaît comme un moyen pour fuir une réalité jugée insupportable. Cette fuite intervient lorsque l’adolescent ne parvient pas à dépasser ou à exprimer à travers des mots, ce mal-être. Il fugue en réaction à cette carence relationnelle dans le but d’attirer l’attention des parents.

Aussi, l’adolescent fugue pour fuir un noyau familial empreint d’abus, de violence, de négligence ou qui ne privilégie pas l’expression de ses besoins. Le jeune choisit la fugue comme moyen pour revendiquer un besoin de liberté et d’autonomie.

La gestion du retour de fugue

Une meilleure gestion du retour de fugue permet d’éviter les cas de récidive. Pour ce faire, les parents doivent garder leur calme et accueillir gentiment l’adolescent tout lui exprimant leur amour et en lui faisant savoir qu’il est important pour eux.

L’instauration d’un dialogue constructif avec l’adolescent est nécessaire. Il convient d’éviter toute attitude qui consiste à le blâmer ou à le culpabiliser. L’adolescent doit pourvoir bénéficier d’une excellente qualité d’écoute qui lui permet d’exprimer aisément ses sentiments et de parler de sa fugue.

Par ailleurs, les parents doivent également exprimer ce qu’ils ressentent (souci, angoisse) dans le but de faire comprendre à l’adolescent qu’ils sont également affectés par ce passage à l’acte.

En cas de fugue à répétition, la consultation d’un spécialiste de la santé mentale, notamment un psychologue ou un psychiatre, est nécessaire en vue de fournir une aide appropriée à l’adolescent.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.