Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéDiagnosticDispositifStéthoscope
Stéthoscope
Samedi 2 mai 2015

Le stéthoscope : principe et usages en médecine

Le stéthoscope est destiné à l’auscultation et à l’écoute des sons internes du corps humain. Il s’agit, donc, d’un dispositif médical acoustique qui permet aux professionnels de la santé, d’entendre le murmure respiratoire, les battements cardiaques, les sons émis par les intestins ou le bruit produit par le sang lors de son passage dans les vaisseaux sanguins. Cette méthode d’exploration moderne, interposant le stéthoscope entre la surface cutanée du patient et l’organe auditif du médecin, améliore la qualité de l’auscultation.

Le mot stéthoscope dérive de deux termes grecs, Stêthos’ qui désigne la poitrine et Skopéô qui signifie observer.

Le principe

Basé sur le principe des techniques de transmission des sons du corps, le stéthoscope est constitué de plusieurs éléments qui facilitent l’auscultation. Il s’agit notamment du pavillon qui est appliqué sur la peau du patient. Les vibrations sonores internes du patient ausculté sont perçues par la membrane qui est situé au niveau du pavillon. La membrane est la partie amovible du pavillon. Le son est propagé jusqu’à l’oreille du médecin par le biais de la lyre qui est la partie métallique du stéthoscope. Ce composant du stéthoscope amplifie le son. Les embouts auriculaires contribuent au confort des oreilles et à la réduction des bruits ambiants, ils acheminent les sons amplifiés jusqu’au canal auditif.

Pour la réalisation de l’auscultation, le médecin place la membrane sur le corps du patient, en l’appliquant sur une zone précise de la surface cutanée et met les deux embouts auriculaires dans ses oreilles. Les sons émis par les régions internes de l’organisme sont écoutés à l’aide des embouts placés dans les oreilles du professionnel de la santé.

Les différentes utilisations médicales du stéthoscope

Le stéthoscope permet de réaliser plusieurs auscultations dans le but d’écouter les bruits émis par divers organes, le cœur (auscultation cardiaque), les poumons (auscultation pulmonaire), le tube digestif (auscultation abdominale), les vaisseaux sanguins (auscultation vasculaire). Ces auscultations contribuent à l’évaluation de la fonction physique d’un organe et permettent de mettre en évidence la présence de certaines pathologies.

L’auscultation cardiaque

Le stéthoscope est indiqué pour l’écoute du battement du cœur. L’auscultation au stéthoscope fournit des informations sonores qui permettent d’analyser les battements cardiaques en vue de déceler des pathologies au niveau du cœur. Elle facilite le diagnostic en mettant en évidence les bruits anormaux, notamment les bruits physiologiques ou les bruits surajoutés.
Des bruits physiologiques peuvent être le signe d’une hypertension artérielle ou d’une insuffisance cardiaque. Certains bruits surajoutés peuvent être liés à une insuffisance ventriculaire gauche ou droite.

L’auscultation pulmonaire

Le stéthoscope est utilisé pour l’évaluation du murmure respiratoire en vue d’effectuer une analyse fonctionnelle des organes tels que les poumons. Le bruit produit par le passage de l’air au niveau de la trachée (murmure vésiculaire) peut être également écouté. Par le biais de l’auscultation pulmonaire, les bruits respiratoires modifiés permettront de mettre en évidence un tableau clinique. Ainsi, le bruit respiratoire modifié, notamment une diminution du murmure vésiculaire, révèle alors un emphysème pulmonaire. L’état du fonctionnement des poumons est mis en évidence grâce aux informations utiles fournies par le stéthoscope et à l’interprétation des bruits liés au passage de l’air lors des cycles ventilatoires.

L’auscultation vasculaire

Le stéthoscope peut être utilisé pour l’auscultation des artères. Appliqué sur le trajet des artères, il permet de repérer un anévrisme, une sténose. Utilisé avec un brassard, le stéthoscope permet d’évaluer la pression artérielle.

L’auscultation abdominale

L’auscultation abdominale au stéthoscope est un examen clinique qui permet d’écouter les bruits émis par les organes du tube digestif, notamment les intestins. Par ailleurs, l’écoute de l’abdomen contribue à l’évaluation de l’activité des intestins, de la motricité intestinale. Elle permet d’identifier les bruits anormaux qui indiquent la présence d’une maladie au niveau de l’abdomen avec notamment des bruits liés à la contraction des intestins, les bruits hydro-aériques. L’absence de bruit peut être le signe manifeste d’une péritonite ou d’un iléus paralytique.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.