Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTroubles oculairesKératoconjonctivite et homéopathie

Soigner la kératoconjonctivite par homéopathie

Kératoconjonctivite et homéopathie

L’inflammation de la cornée est appelée la kératite tandis que celle de la conjonctive correspond à la conjonctivite. Lorsque l’inflammation affecte ces deux éléments constitutifs de l’organe de la vue, le terme médical utilisé, est la kératoconjonctivite. En d’autres termes, la kératoconjonctivite est une inflammation oculaire qui affecte simultanément la cornée et la conjonctive. On distingue plusieurs formes de kératoconjonctivite. Les plus courantes sont : La kératoconjonctivite sèche, communément appelé les yeux secs ou la sécheresse de la cornée et de la conjonctive. Elle est caractérisée par une production insuffisante de larmes, un gonflement des paupières. Aussi, les sensations de brûlure, de corps étranger dans l’œil, de tiraillements dans l’œil et des démangeaisons oculaires, sont associées à une photophobie. La kératoconjonctivite atopique. Les larmoiements, les prurits intenses, une hypersensibilité à la lumière dominent le tableau clinique. Les yeux sont rouges, avec la présence d’un eczéma des paupières, d’un œdème de la conjonctive. La kératoconjonctivite vernale : les patients sont affectés par des démangeaisons oculaires, une irritation et une sensibilité à la lumière.

Les causes de la kératoconjonctivite sont nombreuses. Les allergies (la poussière, les acariens, les pollens), les infections virales (les adénovirus) ou bactériennes (des genres Moraxella ou Borrelia), peuvent être à l’origine de l’inflammation de la cornée et de la conjonctive. Elle peut être la résultante d’un manque de sécrétion lacrymale, d’une réaction auto-immune liée à la présence d’eczéma, une exposition solaire trop intense.

Traitements homéopathiques de la kératoconjonctivite

Plusieurs remèdes homéopathiques permettent de soulager les patients confrontés à une kératoconjonctivite associée à des symptômes bien spécifiques. Lorsque l’affection est dominée par une ulcération de la cornée, des petits nodules gris dans la cornée et la conjonctive, le remède indiqué est Rhus toxicodendron. Ce remède est, également, actif en présence d’une kératoconjonctivite sèche. Il est efficace face à des larmoiements et une sensibilité à la lumière. La dilution 5 CH est recommandée, à raison de 5 granules, toutes les heures.

Des douleurs intenses assimilables à des brûlures, peuvent également prévaloir. Dans ce cas spécifique, Cantharis vesicatoria est le remède approprié, notamment la dilution 9 CH, à raison de 5 granules, toutes les heures.

Lorsque les larmoiements sont très importants, Alium cepa 5 CH déploie des effets significatifs. Le dosage recommandé est de 3 granules, 5 à 6 fois au cours de la journée.

Euphrasia officinalis, particulièrement, agissant en présence d’une inflammation de la conjonctive et de la cornée, avec notamment une sensibilité à la lumière (le soleil), un larmoiement, des œdèmes dans et autour des yeux, une douleur semblable à une piqûre d’abeille. La posologie consiste à prendre 5 granules issus de la dilution 9 CH, 2 à 3 fois par jour, en fonction de l’intensité des symptômes.

Quand les sensations de brûlure et de picotements, sont prédominantes au niveau des yeux, Apis mellifica est le remède homéopathique préconisé dans le cadre du traitement de la kératoconjonctivite. Il procure un soulagement rapide avec notamment 3 granules en dilution 5 CH, 3 fois par jour.

Quand consulter un médecin ?

Une kératoconjonctivite mal traitée, peut provoquer des complications et évoluer vers la perte de la vision. C’est pourquoi, il importe de se référer rapidement à un ophtalmologue lorsque les symptômes persistent et que l’inflammation de la cornée et de la conjonctive, est associée à une baisse de la vision, à une cicatrisation de la cornée, des douleurs oculaires très vives, une gêne oculaire importante. En tout état de cause, la virulence des symptômes, doit inciter le patient à consulter un spécialiste des pathologies oculaires.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.