Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTroubles oculairesPtosis et homéopathie
Ptosis et homéopathie
Lundi 16 mai 2016

Soigner le ptosis par homéopathie

L’œil est protégé par deux replis de peau, situés en dessous et au-dessus de l’organe de la vue ; il s’agit respectivement de la paupière inférieure et de la paupière supérieure. Celles-ci se ferment et s’ouvrent grâce l’action des muscles spécifiques. C’est, par exemple, le muscle releveur qui assure l’ouverture volontaire et la fermeture de la paupière supérieure. La défaillance ou tout dysfonctionnement de ce muscle a pour conséquence l’apparition d’un ptosis. Également appelé ptôse palpébrale ou blépharoptôse, le ptosis est un affaissement ou un abaissement total ou partiel de la paupière supérieure, résultant d’un défaut de contraction ou d’un déficit du muscle releveur. Cette chute de la paupière supérieure peut, également, résulter d’une désinsertion de ce muscle. Le ptosis est unilatéral quand il affecte une paupière ou bilatéral, lorsque les deux paupières sont touchées.

La paupière tombe sur l’œil et ne parvient pas à se relever suffisamment. Elle couvre le globe oculaire et cache plus ou moins partiellement la pupille. Il y a une absence de plis au niveau de la paupière.

Le ptosis peut être congénital ou acquis. Le ptosis congénital survient dès la naissance et peut être associé à une anomalie congénitale du muscle releveur de la paupière supérieure. Il peut être acquis et lié à une lésion du nerf oculomoteur ou une atteinte du nerf oculaire moteur commun. Il peut survenir dans le cadre du processus naturel de vieillissement, eu égard à l’amincissement du muscle de la paupière et à son affaissement avec l’âge.

Le ptosis peut apparaître à la suite d’un traumatisme, d’une lacération ou d’un choc au niveau de l’arcade sourcilière. Ainsi, le muscle de la paupière supérieure peut s’affaiblir à la suite d’une blessure. Cet affaiblissement peut être consécutif à une atteinte neuromusculaire, une myasthénie, une opération des yeux. Le risque est accru chez les sujets affectés par le diabète.

Traitements homéopathiques du ptosis

Les remèdes homéopathiques contribuent efficacement au traitement du ptosis et permettent d’améliorer le tonus du muscle releveur de la paupière supérieure.

Curare est un remède fort bénéfique dans le cadre du traitement du ptosis. Il s’avère bien utile en présence d’un ptosis de la paupière droite, lorsque la diminution de la contractilité du muscle de la paupière est manifeste, avec une aggravation provoquée par le froid et une amélioration induite par la chaleur. Dans ce cas, il convient d’avoir recours à la dilution 15 CH et d’absorber 5 granules toutes les deux heures.

Le ptosis peut être caractérisé par une paralysie de la paupière supérieure qui donne au patient un regard somnolent ou un aspect endormi. L’administration de Syphilinum 15 CH, est recommandée lorsque l’état du patient est parallèlement aggravé par les températures extrêmes et amélioré par le temps froid.

Arnica montana est un excellent remède qui permet de soulager un ptosis consécutif à un choc. Le dosage recommandé est de 3 granules d’Arnica montana 4 CH, 3 fois par jour.

Quand consulter un médecin ?

En vue d’éviter une diminution de l’acuité visuelle, une intervention chirurgicale s’impose lorsque les paupières tombantes commencent à amputer le champ visuel supérieur ou recouvre totalement la pupille. En présence d’un ptosis congénital pouvant provoquer une certaine paresse de l’œil, susceptible de perturber l’acquisition de la vision normale, une intervention chirurgicale s’avère nécessaire entre l’âge de 3 et 6 ans. Le renforcement du muscle releveur peut aussi nécessiter une chirurgie dans le cas du ptosis congénital.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.