Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Cuivre

Oligo-élément cuivre : sources, rôles et signes de carence

L’apport régulier en cuivre contribue au maintien d’une bonne santé et à un meilleur fonctionnement de nombreuses enzymes. Par ailleurs, le cuivre intervient dans la synthèse des protéines et quasiment partout dans l’organisme, notamment dans le cerveau, dans la stimulation des défenses immunitaires et la fabrication des hormones.

Disponible dans un large éventail d’aliments, en l’occurrence les végétaux, le cuivre est absorbé au niveau de l’intestin grêle et de l’estomac. En cas de carence, des désordres apparaissent avec, entre autres, une anémie, une ostéoporose, une chute de l’immunité.

Sources alimentaires

Certains aliments sont caractérisés par une teneur en cuivre. Il s’agit, notamment, des fruits de mer (les crustacés, les mollusques, les huîtres, le crabe) qui permettent de profiter des bienfaits du cuivre. Les fruits oléagineux, les céréales complètes, les légumes feuilles, les légumes secs, les légumineuses, les épices (le poivre, le curry), les lentilles, sont de bonnes sources ainsi que les champignons, la levure alimentaire, le foie de veau. On trouve, également, le cuivre dans le thé, le cacao, le chocolat noir, les raisins, les pommes de terre, les raisins, les féculents.

Rôle du cuivre dans l’organisme

Le cuivre est nécessaire à la synthèse de l’hémoglobine, à la construction des tissus conjonctifs et à la croissance osseuse. Il entre dans la composition des enzymes, tout en favorisant la fabrication des globules rouges, des tendons et des ligaments. Il est essentiel dans la formation du collagène, dans le processus anti-inflammatoire et anti-infectieux.

Il intervient au niveau du système immunitaire en stimulant la production des cellules immunitaires et en luttant contre la prolifération des bactéries, des virus. Cet oligo-élément intervient, également, dans la synthèse des protéines, dans l’absorption du fer au niveau de l’intestin, dans la fabrication des hormones, dans le métabolisme des tissus conjonctifs, du calcium et du phosphore, dans l’entretien des cartilages et des os.

Au niveau des différents organes, notamment le cerveau, le cuivre est impliqué dans la communication entre les neurones. Certaines fonctions telles que l’attention et la mémoire, sont contrôlées par cet oligo-élément. Il permet d’entretenir la peau, de régulariser les glandes génitales, l’hypophyse et la thyroïde.

Le cuivre agit comme un antioxydant. Il permet d’éliminer les radicaux libres responsables du vieillissement des cellules et de prévenir le vieillissement des articulations en participant à la formation du cartilage. En outre, il contribue au bon fonctionnement des cartilages.

Carence en cuivre

Relativement exceptionnels, les déficits en cuivre peuvent provoquer des désordres,avec l’apparition d’une anémie souvent liée à un apport insuffisant en fer. L’anémie se manifeste par divers signes cliniques tels que la fatigue intense, l’essoufflement à l’effort et la pâleur.

Avec la participation active du cuivre dans la minéralisation des os, un apport insuffisant peut entraîner une ostéoporose qui accroît le risque de fracture, particulièrement chez les sujets âgés. Aussi, une carence en cuivre peut être à l’origine d’une baisse des défenses immunitaires avec pour conséquence une moindre résistance à l’inflammation ou à l’état infectieux.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.