Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter un médecin et suivre ses conseils en priorité.

La prise de probiotiques peut-elle réduire l’inflammation liée à l’endométriose ?

Probiotiques

Les probiotiques, communément appelés les bonnes bactéries, sont susceptibles de réduire les niveaux d’inflammation dans le corps. Ce qui pourrait être grandement bénéfique aux patientes affectées par des pathologies inflammatoires, notamment l’endométriose.

Les probiotiques peuvent donc aider à soulager les symptômes d’une endométriose chronique. Les bonnes bactéries réduisent l’inflammation persistante de la muqueuse de l’endomètre causée par l’infection de la cavité utérine, principalement par des bactéries pathogènes. Mais comment bénéficier des bienfaits des probiotiques en présence d’une inflammation liée à l’endométriose ?

Inflammation liée à l’endométriose : comment bénéficier des bienfaits des probiotiques ?

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactérie, levure) qui, lorsqu’ils sont consommés en quantité adéquate, exercent un effet bénéfique sur l’organisme qui les ingère. Des bactéries des genres Lactobacillus et Bifidobacterium sont des probiotiques couramment utilisés. Les probiotiques sont considérés comme étant sûrs, avec des actions bénéfique au niveau de la santé intestinale et de l’immunité.

Prendre régulièrement une quantité adéquate de probiotiques

La consommation régulière de probiotique en quantité suffisante peut réduire la présence de bactéries inflammatoires et restaurer les bonnes bactéries qui ont été détruites par les antibiotiques au niveau de l’intestin. De ce fait, la consommation de probiotique de façon adéquate, réduit les symptômes liés à diverses pathologies ainsi que d’autres processus inflammatoires.

Yaourt fait maison
Le yaourt contient des souches de probiotiques qui ne peuvent réduire l’inflammation liée à l’endométriose. Pour cela, il faut lui préférer d’autres aliments comme le kéfir et le tempeh indonésien.

Ainsi, pour réduire l’inflammation liée à l’endométriose, il faut consommer des probiotiques caractérisés par une forte concentration d’organismes vivants, et ce, de façon régulière.

Avoir recours à la souche de probiotiques adaptée

Il existe plusieurs souches de probiotiques. Certaines souches telles que le Lactobacillus gasseri OLL2809 réduisent la gravité de l’endométriose. L’inflammation étant un facteur aggravant de l’endométriose, le recours au lactobacillus gasseri permet, ainsi de réduire le développement de cette pathologie gynécologique. La stimulation du système immunitaire qu’elle favorise, permet de réduire l’inflammation. Cette souche offre une variété de bienfaits en réduisant les bactéries nocives. Aussi, elle améliore la fonction immunitaire.

Le Lactobacillus gasseri se trouve à l’état naturel dans le lait maternel et dans divers aliments. On peut entre autres, citer le :

  • chou fermenté,
  • lassi indien,
  • natto ou miso japonais,
  • kéfir,
  • kimchi coréen,
  • tempeh indonésien.
    Il est également disponible dans un aliment de base brésilien obtenu par fermentation de la racine du manioc (puba ou carimã). Vous pouvez également acheter cette souche sous forme de complément alimentaire.

Les probiotiques sont-ils susceptibles d’accroître l’inflammation liée à l’endométriose ?

Les produits laitiers, le gluten et les œufs semblent perturber le fonctionnement du système immunitaire et stimuler la libération des médiateurs intercellulaires impliqués dans les mécanismes inflammatoires (les cytokines). Ainsi, le changement de régime alimentaire marqué par l’évitement de ces aliments, aide à soulager les symptômes de l’endométriose.

Qu’en est-il des probiotiques en relation avec l’inflammation de l’endométriose ?

Les probiotiques sont des bactéries bénéfiques à l’organisme. Ils ne sont pas impliqués dans l’aggravation du processus inflammatoire lié à l’endométriose. Seulement, il existe une grande variété de probiotiques. Certains aliments sont des sources de probiotiques et ils contiennent des souches bien spécifiques. Le yaourt par exemple, est un aliment probiotique qui contient des souches telles que Lactobacillus bulgaricus et Streptoccocus thermophilus mais pas le bon, à savoir (Lactobacillus gasseri). Ainsi, tous les aliments probiotiques ne contiennent pas les souches adéquates pour freiner l’inflammation liée à l’endométriose.

De toute évidence, pour espérer réduire ce processus inflammatoire, il faut avoir recours à une ou aux souches de probiotiques appropriés, à la dose convenable tout en respectant la durée du traitement.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.