Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Vitamine K : sources, rôles et signes de carence

Vitamine K

La vitamine K se présente naturellement sous deux formes. Encore appelée phytoménadione, la phylloquinone ou vitamine K1 se retrouve dans les aliments d’origine végétale tandis que la vitamine K2 aussi appelée ménaquinone est d’origine animale et peut également être synthétisée par les bactériennes intestinales. Il existe une forme synthétique de vitamine K : c’est la vitamine K3 ou ménadione.

La vitamine K se dissout dans les graisses. La lettre K, choisie pour la désigner, dérive du mot allemand « Koagulation ». Il s’agit d’une vitamine impliquée dans la coagulation du sang et bien d’autres processus au niveau de l’organisme, tels que le métabolisme des os, la fixation du calcium par les os.

Des apports insuffisants en vitamines K, sont associés à des troubles de la santé avec notamment des troubles de la coagulation ou des atteintes osseuses.

Sources

En plus d’être fournie par l’alimentation, la vitamine K est également produite dans l’organisme par les bactéries intestinales.

Une forme de vitamine K, en l’occurrence la vitamine K1, est d’origine végétale. Elle est présente dans les légumes verts, les épinards, la laitue, le persil, le chou, les asperges, le haricot, le poireau, le petit pois, le cresson, le chou de Bruxelles, le brocoli. La vitamine K1 existe également à l’état naturel dans le foie d’animaux (porc), les produits laitiers, les œufs, la pomme de terre. Des fruits (la banane, le pamplemousse) et des céréales (l’avoine, le maïs, la luzerne) sont également de bonnes sources de vitamine K1.

Quant à la vitamine K2, elle est naturellement produite par les bactéries présentes dans les intestins. Elle est également répandue dans certains aliments, à savoir, le fromage, les huiles de poissons, les yaourts, les viandes, les abats.

Rôles

La vitamine K participe à la coagulation du sang et à la production des facteurs de la coagulation du sang. Elle est indispensable pour les protéines impliquées dans la coagulation sanguine et pour la synthèse des facteurs coagulants au niveau du foie. Elle facilite une bonne cicatrisation en cas de blessure tout en permettant, par ailleurs, la formation du caillot qui contribue à l’arrêt définitif de l’écoulement du sang. Présente dans le sang, cette vitamine permet de stopper l’hémorragie.

Outre la fonction coagulatrice, la vitamine K intervient dans plusieurs processus métaboliques. Elle contribue à la minéralisation osseuse et dans le processus de fortification des os. Elle maintient la bonne santé des os et favorise la fixation du calcium sur les os. Nécessaire au métabolisme du calcium dans les os, la vitamine K améliore la santé des os et réduit les risques de fractures, en particulier chez les femmes ménopausées. Elle permet aux os d’être plus résistants et de lutter contre l’ostéoporose.

Signes d’une carence en vitamine K

En cas de carence en vitamine K, des désordres sanguins apparaissent avec notamment des hémorragies spontanées ou des saignements incontrôlés des gencives ou du nez. Chez les nouveaux nés, cette carence peut engendrer une hémorragie interne au niveau du crâne. Une déficience en vitamine K, entraîne un allongement du temps de coagulation, des menstruations abondantes chez la femme, des risques accrus de fractures, une ostéoporose.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.