Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Vitamines
Mercredi 20 mai 2015

Les vitamines, leur utilité dans l’organisme

Les vitamines sont des substances organiques essentielles au métabolisme et à la vie des cellules de l’organisme animal, ainsi que chez l’homme. La recherche scientifique a pu établir que seulement trois vitamines (B12, H et K) sont produites en infimes quantités dans la flore intestinale humaine. L’apport en vitamines se fait naturellement par l’alimentation et accessoirement par les médicaments et les compléments alimentaires. Leur excès ou leur carence provoque des dysfonctionnements se manifestant souvent par des pathologies bénignes ou mortelles.

L’existence des vitamines a été mise en évidence au cours de recherches portant sur des maladies telles que le béribéri, le scorbut, la pellagre et le rachitisme. On doit le terme « vitamine » au Polonais Kazimierz Funk (1884-1967) qui, en 1911, réussit à isoler, à partir du riz complet, une substance possédant une fonction amine (NH2) et capable de soigner le béribéri contracté par des pigeons alimentés uniquement au riz poli, dépourvu de son. Cette matière n’était nulle autre que la vitamine B1, qui est aussi présente dans la levure, d’autres céréales, des poissons comme le saumon, le thon, dans la viande de poulet et de porc, etc. Les vitamines A et D ont été découvertes respectivement en 1913 et en 1922 par Elmer Mc Collum (1879-1967), un chercheur américain.

De toute évidence, l’être humain et les animaux trouvent, dans l’alimentation naturelle, les proportions de vitamines indispensables à la vie. Les carences et excès sont imputables aux déséquilibres alimentaires et aux régimes particuliers écartant certains aliments en raison de sensibilités religieuses, idéologiques ou autres.

Classification, rôle et sources

Après avoir écarté certaines substances désormais désignées « ex-vitamines », les spécialistes dénombrent 13 vitamines. Celles-ci peuvent être classées en deux grands groupes : les liposolubles et les hydrosolubles.

Vitamines liposolubles

Solubles dans les graisses et absorbées avec ces dernières, les vitamines liposolubles sont stockables dans l’organisme si bien que leur élimination est lente. Dans ce groupe, figurent :

  • La vitamine A

Disponible dans l’alimentation d’origine animale (jaune d’œuf, huile de poisson, caviar, foie…), le rétinol ou vitamine A joue un rôle important dans l’amélioration de la vue et la croissance. Sa carence peut provoquer des maladies cardiovasculaires et des troubles de la vue. Il importe toutefois de noter que sa carence est rare puisque le bêta carotène ou pro-vitamine A se transforme en vitamine A lorsque cette dernière manque dans l’organisme. Les sources de bêta-carotène sont essentiellement végétales : légumes-racines comme la carotte, légumes feuilles comme l’épinard, légumes-fruits tels que le poivron ou encore les fruits (mangue, melon, abricot, etc.).

  • La vitamine D

Dans l’organisme humain, la vitamine D ou calciférol, stockable dans les graisses et le foie, aide à l’absorption du phosphore et du calcium au niveau de l’intestin et favorise le maintien du taux de ces éléments dans le sang. Sa carence peut être cause d’hypoparathyroïdie, de rachitisme et d’ostéomalacie. On trouve la vitamine D dans le jaune d’œuf de poule, le foie de bœuf, les poissons comme le saumon, le hareng, la truite. Une quinzaine de minutes d’exposition de la peau au soleil, trois fois par semaine, est largement suffisant pour permettre à l’organisme de synthétiser la quantité de vitamine D dont il a besoin.

  • La vitamine E

La vitamine E est un excellent agent antioxydant servant à lutter efficacement contre les radicaux libres. Elle protège ainsi l’ADN et évite la destruction des lipides et des protéines. Peu étudié, un grand groupe de vitamine E, en l’occurrence les tocotriénols, diminue la taux de mauvais cholestérol dans le sang, protège les cellules du cerveau et contribue à la prévention de certains cancers.

N’étant pas produite par le corps, la vitamine E est apportée à l’organisme essentiellement par les aliments. Les huiles végétales comme l’huile rouge de palme (non raffinée), les huiles de figue de barbarie, d’olive, de soja, de tournesol, de cacahuète, en possèdent, à l’instar des légumes verts, des poissons gras.

  • La vitamine K

La carence en vitamine K peut provoquer des hémorragies. Cette vitamine utile à la coagulation sanguine, permet aussi aux os de fixer le calcium. Bien qu’elle soit disponible dans les produits laitiers, le foie de veau et la viande de porc, on la trouve principalement dans les aliments d’origine végétale tels que le concombre, le soja, le brocoli, l’épinard, le poireau, l’olive.

Vitamines hydrosolubles

Solubles dans l’eau, les vitamines hydrosolubles sont plus rapidement éliminées de l’organisme, notamment dans les urines. Ils comprennent la vitamine C ou acide ascorbique et les vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9, et B12).

  • La vitamine C ou acide ascorbique

Le scorbut et divers troubles (mauvaise digestion, gonflement des gencives, trop lente cicatrisation des plaies, …) peuvent survenir en cas de carence en vitamine C. Disponible dans les fruits et les légumes, l’acide ascorbique est utile au système immunitaire, à l’absorption du fer, des acides aminés. Il participe aussi à la synthèse du collagène chez l’homme.

  • La vitamine B12

En plus d’être utile à la division cellulaire et à la formation de globules rouges, la vitamine B12 contribue à diverses autres réactions biologiques dans l’organisme et au maintien des fonctions mentales. On la trouve en grande quantité dans le hareng fumé, le foie (d’agneau ou de veau), l’huitre et dans une moindre mesure le thon, le crabe, le jaune d’œuf. On soupçonne le haricot, la consoude et d’autres aliments d’origine végétale d’en contenir également. Une avitaminose B12 peut provoquer l’anémie et des maladies graves.

  • La vitamine B9

Essentiel à la formation de cellules nouvelles ainsi qu’au développement du fœtus et à la croissance, la vitamine B9 est indispensable au corps, qui ne le synthétise pas. La manque de vitamine B9 peut occasionner de l’anémie, altérer l’estomac, les intestins, et causer divers troubles métaboliques. Chez la femme enceinte, une avitaminose B9 peut être une cause de malformation congénitale, d’avortement. Pour éviter la carence en vitamine B9, il suffit de consommer des œufs, des légumes verts, des fruits comme le melon, la banane, les agrumes.

  • La vitamine B8

Présente dans les abats, les légumes, le jaune d’œuf et les poissons, la vitamine B 8 est utile à la transformation des gras et du glucose.

  • La vitamine B6

En plus d’aider l‘organisme à mieux absorber la vitamine B12, la vitamine B6 favorise l’équilibre psychique et participe à la synthèse des protéines. Il est présent dans plusieurs aliments aussi bien d’origine animale que dans les végétaux.

  • La vitamine B5

La vitamine B5 est utile à l’activité des glandes surrénales et à celui du système nerveux. Elle participe entre autres à la synthèse des globules rouges, des muqueuses et des cellules cutanées. On la trouve dans divers aliments : poisson, viande, œuf, céréales et champignons.

  • La vitamine B3

Les céréales, les légumes feuilles, les œufs, les viandes et les produits laitiers contiennent de la vitamine B3, une substance utile à la vision, au système nerveux, à la lutte contre les radicaux libres, etc…

  • La vitamine B2

La vitamine B2 est joue un rôle important dans la protection des cellules sanguines en lutant contre les radicaux libres. Elle participe à une variété de réactions biochimiques dans l’organisme. Sa carence peut causer entre autres photophobie, eczéma, chéilite, glossite, et dermatites.

  • La vitamine B1

Utile à la transformation du glucose en énergie, la vitamine B1 favorise l’équilibre nerveux. Sa carence peut entrainer le béribéri, entre autres.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.