Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéTraitementsMédicamentsPsychotrophesAnti-dépresseursAntidépresseur Anafranil
Antidépresseur Anafranil
Dimanche 8 juin 2014, par Julien

Anafranil, efficace contre les états dépressifs

Anafranil est un médicament antidépresseur de la famille des imipraminiques. Indépendamment de son effet antidépresseur, il possède en outre des effets atropiniques et antalgiques. Le bénéfice thérapeutique de l’Anafranil repose sur sa capacité à diminuer le recaptage présynaptique de la noradrénaline et de la sérotonine.

La substance active de ce produit pharmaceutique est le clomipramine chlorhydrate. L’effet antalgique qu’on reconnait à l’Anafranil est dû à sa composante histaminergique.

Présentation et indication de l’Anafranil

L’Anafranil se présente en comprimé généralement de couleur jaune pâle. Il existe des boîtes de 10 mg, de 25 mg et de 75 mg. Concernant la boîte de 75 mg, elle contient des comprimés sécables de couleur rose. L’Anafranil est indiqué dans le traitement des états dépressifs, des troubles obsessionnels compulsifs, des attaques de panique (en préventif), des douleurs neuropathiques de l’adulte et aussi dans les cas d’énurésie nocturne de l’enfant lorsqu’il y a absence de lésions des voies urinaires.

Posologie de l’Anafranil

Dans le cadre d’un traitement à l’Anafranil, la dose quotidienne est généralement absorbée en une prise, et ce le soir pendant ou en dehors des repas. Il est conseillé d’avaler les comprimés avec de l’eau sans les croquer. La posologie usuelle pour les états dépressifs et les troubles obsessionnels compulsifs est de 75 mg à 150 mg par jour. Au cas où le patient utilise le médicament pour prévenir les attaques de panique, celui-ci doit respecter une dose journalière comprise entre 20 mg et 150 mg.

Pour les adultes souffrant de douleurs neuropathiques, ils doivent respecter une dose de 10 mg à 150 mg par jour, en tenant compte des traitements antalgiques qui généralement sont associés dans ce cas. Il est bon de savoir que c’est progressivement que la posologie maximale est atteinte. En cas d’énurésie, seuls les enfants de plus de 6 ans peuvent prendre de l’Anafranil. En fonction de leur âge, ils peuvent avaler entre 1 et 3 comprimés à 10 mg, de préférence le soir au coucher.

Effets indésirables de l’Anafranil

A l’instar des antidépresseurs imipraminiques, la prise de l’Anafranil est souvent suivie d’effets indésirables. Le patient peut constater une sécheresse de la bouche, des troubles de l’accommodation, une constipation, d’intenses sueurs, des troubles sexuels, des difficultés à uriner, une somnolence ou encore une hypotension orthostatique.

Hormis ces effets qui apparaissent couramment, d’autres, plus rares, peuvent se signaler. C’est le cas des convulsions chez les personnes prédisposées, les tremblements, la prise de poids, la confusion des idées, la tension anormale des seins, les bouffées de chaleur, la sortie de lait du mamelon, des troubles cardiaques, des réactions allergiques, une excitation anormale et aussi une anomalie de la numérotation de la formule sanguine.

Précaution d’emploi de l’Anafranil

Il est interdit de prendre de l’Anafranil lorsqu’on court le risque d’être atteint de glaucome à angle fermé ainsi qu’en cas de risque de rétention des urines ou adénome de la prostate. Une personne qui a été victime d’un infarctus du myocarde dans un passé très proche – moins de 3 mois –, ne doit pas prendre de l’Anafranil. Il est nécessaire pour le patient de se traiter avec le produit avec beaucoup de précaution en cas d’épilepsie, d’insuffisance hépatique, de maladie cardiaque et d’insuffisance rénale.

Les personnes âgées qui ont très souvent des vertiges ou des baisses de tension doivent également faire très attention lorsqu’ils se traitent avec ce médicament. Il est préférable d’éviter la consommation d’alcool pendant le traitement pour réduire le risque de somnolence.

Une femme qui prend une grossesse pendant qu’elle se soigne avec de l’Anafranil ne peut poursuivre la prise du médicament sans l’avis du médecin. Et si le traitement est poursuivi jusqu’à l’accouchement, une surveillance médicale du nouveau-né s’impose.

Auteur: Julien
Rédacteur chez SainteSante.Com depuis 2014. Julien s’est engagé à la diffusion de l’information sanitaire car pour lui, il s’agit d’une voie royale pour sauver des vies. Voir les articles de Julien.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.