Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Zoloft

L’antidépresseur Zoloft

Zoloft est un antidépresseur de la classe des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine. Le médicament est fait à base de chlorhydrate de sertraline et est commercialisé sous plusieurs autres noms dont Lustral, Stimuloton, Asentra, Serlift et Gladem.

Cet antidépresseur se présente sous forme de gélule blanche qui porte sur une partie l’inscription ZLT 25 et sur une autre le nom PFIZER. Zoloft est prescrit pour le traitement des épisodes dépressifs majeurs, les troubles d’anxiété sociale, les troubles de panique avec ou sans agoraphobie, les états de stress post-traumatique et les troubles obsessionnels compulsifs survenant chez l’adulte et les patients pédiatriques de 6 à 17 ans. Le médicament se montre particulièrement efficace dans la prévention des récidives d’épisodes dépressifs majeurs.

Posologie de Zoloft

L’administration de Zoloft se fait en général une fois par jour, le matin ou le soir, au cours d’un repas. Dans le cadre du traitement des troubles obsessionnels compulsifs, des épisodes dépressifs, des états de stress post-traumatique et des troubles d’anxiété sociale, le patient respectera au début la dose de 25 mg/jour avant de passer, une semaine après, à 50 mg/jour. Si des sujets ne répondent pas au dosage de 50 mg/jour, il est possible de faire une augmentation de la posologie. Il est dans ce cas conseillé d’opérer les modifications par paliers de 50 mg, à des intervalles d’une semaine au moins.

Le dosage maximum qu’on puisse faire lors de ces augmentations est de 200 mg/jour. S’il s’agit de prévenir des récidives d’épisodes dépressifs majeurs, un traitement à plus long terme peut être nécessaire. En général dans ce cas, il faut au moins 6 mois pour être certain de la disparition des symptômes. En ce qui concerne les patients pédiatriques, la dose initiale est de 50 mg, une fois par jour, pour les sujets dont l’âge est compris entre 13 et 17 ans. Quant à ceux de la fourchette de 6 et 12 ans, la posologie initiale doit être de 25 mg une fois par jour.

Effets indésirables de Zoloft

Pendant le traitement à l’antidépresseur Zoloft, une multitude d’effets indésirables peut apparaitre. En fonction des personnes, des états de somnolence, d’insomnie, de nervosité, d’hallucination, de bâillement, d’euphorie ou encore de contractions musculaires involontaires peuvent être courants. En outre, une modification de la tonicité musculaire et de la régulation des mouvements involontaires et automatiques est souvent constatée chez des patients.

On remarque par contre chez d’autres une augmentation de l’appétit, des vomissements, une constipation ou une sécheresse de la bouche. Le traitement au Zoloft peut par ailleurs engendrer des démangeaisons, des éruptions cutanées et accélérer le rythme cardiaque.

Certains patients ont en outre signalé des troubles auditifs, des troubles de la vue et des trouble sexuels tandis que d’autres se sont plaints de transpiration excessive. Dans de rares cas, on a fait état de syndrome sérotoninergique ainsi que d’ecchymoses lors du traitement au Zoloft.

Précautions d’emploi de Zoloft

Il est impératif pour certains patients de prendre prudemment Zoloft lorsqu’ils sont atteints de diverses affections comme une épilepsie, une insuffisance hépatique, un diabète et un glaucome à angle fermé. Zoloft peut interagir avec les antalgiques contenant du fentanyl et ses effets indésirables sont plus importants lorsque le patient consomme du jus de pamplemousse pendant le traitement. Les femmes enceintes doivent éviter Zoloft, ou bien toute utilisation du médicament doit se faire après l’avis d’un médecin.

Cette recommandation vient du fait qu’il ait été décelé une insuffisance respiratoire et des difficultés à s’alimenter chez des nouveau-nés mis au monde par des mères soignées par l’antidépresseur durant leur grossesse. Il est bon de savoir qu’on peut prévenir ces risques à partir d’une surveillance médicale renforcée. Enfin même si le passage de Zoloft dans le lait maternel est faible, son utilisation pendant l’allaitement est tout de même déconseillée.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.