Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéPathologieInfectionsPoliomyélite

La poliomyélite, une infection invalidante évitable

Poliomyélite

La poliomyélite ou polio est une maladie infectieuse virale très invalidante. A l’exception de certaines parties de l'Afrique et de l'Asie du Sud, la plupart des pays du globe ont réussi à l'éradiquer.

Les poliovirus responsables de la poliomyélite se répartissent en trois redoutables virus : le Type1, le type2 et le type3. Ils appartiennent tous à la grande famille des entérovirus. Cette maladie, qui touche principalement les enfants de moins de 5 ans a causée beaucoup de dégâts. Mais de nos jours on assiste une nette réduction due à l’action de l’OMS, en vue d’éradiquer ce dangereux fléau.

Contamination et symptômes de la polio

Le virus de la poliomyélite se retrouve soit dans les selles ou soit dans la gorge. La contamination est directe et se fait de façon orale, par les selles portés à la bouche, la nourriture ou l’eau contaminée. La personne elle même ainsi infectée dévient contagieuse. Une fois entrée par la bouche, le virus trouve refuge dans les intestins, où il se multiplie. Ensuite, il s’attaque au système nerveux.

L’enfant est alors sujet à des signes symptomatiques répétitifs comme des vomissements, des fièvres, des céphalées, des douleurs dans les jambes puis leurs raideurs progressives. On assiste alors à une paralysie flasque complète des membres inférieurs. Mais cette phase survient après une faiblesse musculaire progressive. Cette paralysie des membres est irréversible. Dans un nombre réduit environ 10% des malades paralysés décèdent des suites de l’arrêt des muscles respiratoires.

Diagnostic de la polio

Un examen physique peut permettre au médecin de penser qu’un individu est atteint de la polio s’il présente des symptômes comme la raideur du cou et du dos, les difficultés respiratoires ou la nausée. Mais il est indispensable de confirmer le diagnostic par un examen de prélèvement fait dans la gorge, de matières fécales et du liquide entourant le cerveau ainsi que de la moelle épinière ou examen de sang pour déceler les anticorps contre le virus de la polio.

Traitement et prévention de la poliomyélite

Jusqu’à présent il n’existe pas de traitement curatif connu de la poliomyélite. Le traitement actuel est purement symptomatique. Il repose sur l’accélération de la guérison et la prévention des complications. Les soins palliatifs comprennent la prise d’antibiotiques pour prévenir l’infection des muscles affaiblis, la prise d’analgésiques pour soulager la douleur, des exercices physiques modérés et une cure diététique.

En cas de handicap causé par la poliomyélite une rééducation physique des membres atteints est possible. Les soins sur le long terme incluent la chirurgie et la pose de prothèses.

Seule la prévention reste le meilleur moyen de protection. La protection passe par une sensibilisation à une bonne hygiène des populations. Il existe un vaccin contre la poliomyélite. Lorsque celui-ci est administré à plusieurs reprises, il protège à vie. Le premier vaccin est administré par voie cutanée et le second par voie orale.

La vulgarisation de la vaccination a été possible grâce au concours des gouvernements qui composent l’OMS mais aussi avec le soutien d’organismes comme le Rotary International et l’UNICEF. En Afrique, les cas de poliomyélite sont devenus rares en 2014 grâce à cette prévention.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.