Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Lamirax
Lundi 4 mai 2015

Lamirax, anticonvulsivant et thymorégulateur approuvé en Argentine

Lamirax est un médicament contenant de la lamotrigine comme principe actif. Cet anticonvulsivant agit par ailleurs comme stabilisateur de l’humeur ; il est prescrit en vue de traiter la psychose maniaco-dépressive.

Lamirax appartient au groupe des médicaments anticonvulsivants et s’avère un bon régulateur de l’humeur. Ce remède dont la lamotrigine est le principe actif, est prescrit aussi bien pour traiter les crises d’épilepsie que pour venir à bout des épisodes maniaco-dépressives.

Au cours du traitement avec Lamirax, certains patients peuvent être confrontés divers effets indésirables, dont les maux de tête ou et les éruptions cutanées.

Indications

Lamirax est un médicament antiépileptique. A ce titre, il est administré dans le cadre du traitement des crises d’épilepsie. Il s’agit, notamment, de crises partielles limitées dans une partie du cerveau et des crises généralisées affectant l’ensemble du cerveau. Lamirax est, également, indiqué dans la gestion thérapeutique du syndrome de Lennox-Gastaut qui est une forme d’épilepsie infantile. Il peut être utilisé seul ou en combinaison avec d’autres médicaments antiépileptiques chez les adultes et les enfants de 13 ans et plus. Avec les enfants de 2 à 12 ans, Lamirax est utilisé en combinaison avec d’autres médicaments.

Lamirax est un anticonvulsivant utilisé comme stabilisateur de l’humeur. Il possède une efficacité thérapeutique qui contribue au traitement d’entretien du trouble bipolaire de type I et de la dépression.

Contre-indications

Une hypersensibilité à la lamotrigine ou à l’un des composants de ce médicament, constitue une contre-indication à l’utilisation de Lamirax. Ce médicament est contre-indiqué en présence d’une insuffisance hépatique sévère. Il ne doit pas être administré aux femmes allaitantes, compte tenu du passage du principe actif dans le lait maternel et des effets nocifs chez le nouveau-né. Il est déconseillé en monothérapie chez les enfants âgés de moins de 12 ans. L’association avec l’acide valproïque, la phenytoïne, la carbamazépine, le phénobarbital ou la primidone, est, également, déconseillée.

Précautions d’emploi

L’arrêt brutal du traitement peut entraîner un effet de rebond ou une recrudescence des crises d’épilepsie. Pour éviter cet effet de rebond, il convient de réduire progressivement la posologie sur une période de deux semaines.

Il est recommandé de consulter un médecin avant de prendre ce médicament au cours de la grossesse. La prise de ce médicament au cours de la grossesse peut être associée à des risques de malformations congénitales chez le fœtus (fente labiale ou palatine). Les femmes qui tombent enceintes au cours de la thérapie, doivent, immédiatement, consulter un médecin.
Les patients peuvent être affectés par de sensations de vertige ou une vision floue au cours du traitement. Pour ce faire, ils ne doivent pas conduire un véhicule ou faire fonctionner une machine jusqu’à ce qu’ils sachent comment ce médicament les affectent.

Effets secondaires

Certains patients peuvent être confrontés à des éruptions cutanées, des maux de tête, des sensations vertigineuses, une insomnie, un flou visuel, une diplopie, des nausées, des vomissements, une diarrhée. La manifestation des réactions d’hypersensibilité marquée par l’apparition d’une fièvre, d’une atteinte hépatique, des éruptions cutanées sévères avec, notamment, le syndrome de Lyell ou de Stevens-Johnson, impose l’arrêt immédiat du traitement.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.