Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéPathologiePneumopathieHypertension artérielle pulmonaire

L’hypertension artérielle pulmonaire

Hypertension artérielle pulmonaire

L’hypertension artérielle pulmonaire est une pathologie rare et grave, caractérisée par une pression artérielle élevée au niveau des artérielles pulmonaires qui transportent le sang du cœur vers les poumons. Cette élévation anormale de la pression sanguine affecte les vaisseaux sanguins des poumons et le coté droit du cœur. Elle évolue vers une dysfonction ventriculaire droite ou une insuffisance cardiaque droite et peut mettre en danger la vie du patient. Le diagnostic est établi lorsque la pression artérielle pulmonaire moyenne supérieure à 25 mmHg au repos et à 30 mmHg à l’effort.

Cette pathologie peut survenir de façon sporadique ou dans un contexte familial avec plusieurs signes cliniques, notamment la dyspnée d’effort, l’essoufflement, des douleurs thoraciques. Une prise en médicale permet de réduire ces symptômes et d’améliorer la qualité de vie des patients.

Les symptômes

Les signes cliniques de l’hypertension artérielle pulmonaire, sont marqués par la dyspnée d’effort, avec notamment des difficultés respiratoires. Ces signes incluent également un essoufflement au cours des activités quotidiennes ou lors de la montée des escaliers, des étourdissements ou un évanouissement. Les battements du cœur, sont plus rapides.

La fatigue et une douleur au niveau de la poitrine, sont également présentes. L’asthénie ou la fatigue après une activité physique, sont observables. Les manifestations liées à l’hypertension artérielle pulmonaire sont, entre autres, un œdème des membres inférieurs avec une enflure des chevilles, des pieds et des jambes, une cyanose avec les lèvres ou les doigts bleus.

Les causes

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de l’hypertension artérielle pulmonaire. Il s’agit, notamment des anomalies ou des pathologies cardiaques telles que les cardiopathies congénitales ou acquises, la cardiomyopathie, la valvulopathie mitrale. Une augmentation de la pression au niveau des artères pulmonaires, peut être également liée à des pathologies pulmonaires, à savoir la broncho-pneumopathie chronique obstructive, la fibrose pulmonaire, l’emphysème pulmonaire.

L’apnée du sommeil, une infection par le VIH, la présence de caillots sanguins dans les poumons, peuvent aussi provoquer une hypertension artérielle pulmonaire. Cette pathologie peut résulter d’une consommation abusive de la cocaïne, d’alcool ou des médicaments anorexigènes tels que les dérivés de l’amphétamine.

Dans bien des cas, les causes de l’hypertension artérielle pulmonaire, peuvent être indéterminées. Ainsi, cette pathologie peut survenir de façon isolée, il s’agit alors d’une hypertension artérielle pulmonaire dite idiopathique.

Le diagnostic

Plusieurs examens permettent d’établir le diagnostic de l’hypertension artérielle pulmonaire. En facilitant l’évaluation du volume de sang pompé par le cœur ainsi que la mesure précise de la tension au niveau des artères, l’échographie cardiaque transthoracique est couramment utilisée. Le cathétérisme cardiaque droit est un examen effectué en vue de confirmer le diagnostic suspecté après la réalisation de l’échographie cardiaque transthoracique. La taille des vaisseaux au niveau des poumons est mieux examinée par le biais de la radiographie thoracique.

Le traitement

Le traitement permet d’éviter les complications et de freiner l’évolution de la pathologie. Cette prise en charge cible la cause sous-jacente lorsqu’elle existe et peut être traitée, tout en contribuant à une amélioration symptomatique. Le traitement adéquat peut être médicamenteux. Dans ce cas, les anticoagulants, les diurétiques, les digitaliques et l’époprosténol en infusion intraveineuse continue, sont préconisés dans le cadre de la prise en charge thérapeutique.

La présence des caillots sanguins au niveau de l’artère pulmonaire peut nécessiter une intervention chirurgicale en vue de les enlever et de faciliter la circulation sanguine et la fonction pulmonaire. Une autre thérapie chirurgicale, notamment la transplantation pulmonaire, est également envisagée en présence d’une hypertension artérielle pulmonaire à un stade avancé qui ne répond à aucun traitement médical.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.