Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéPathologiePneumopathiePneumoconioses
Pneumoconioses
Mardi 21 avril 2015

Pneumoconioses : classification, symptômes, causes et traitement

Provenant de deux mots grecs pneumôn (poumon) et konis (poussière), la pneumoconiose est un terme employé dans le milieu médical pour désigner un ensemble de pathologies pulmonaires interstitielles provoquées par l’inhalation et la fixation dans les poumons, de particules de poussières minérales ou métalliques. Ces pathologies sont caractérisées par la réaction des tissus pulmonaires en présence de certains types de poussières minérales qui endommagent les poumons. Elles surviennent, généralement, après une longue période de temps passée au contact de la poussière, dans le cadre d’une activité professionnelle et peuvent être, ainsi, considérées comme des pathologies pulmonaires professionnelles.

Le type et la gravité de la pathologie, dépendent de la taille, de la forme et de la composition des particules inhalées et de la réactivité chimique de celles-ci. Ainsi, les altérations des structures pulmonaires dépendent de la nature de la pneumoconiose.

Classification des pneumoconioses

On distingue généralement trois types de pneumoconioses :

  • Pneumoconioses de surcharge

Elles surviennent après l’inhalation de particules de poussières dites inertes ou métallique (oxyde de fer, d’étain, de zinc, d’aluminium, de baryum). C’est l’accumulation de ces poussières non fibrogènes, qui endommage les structures pulmonaires.

Les différentes pneumoconioses de surcharge sont, en fonction des substances inhalées : la sidérose ou la pneumoconiose provoquée par l’inhalation de poussières de fer, l’aluminose ou smyridose (aluminium), la stannose (étain), la zincose (zinc) la barytose (baryum), anthracose (charbon).

  • Pneumoconioses fibrogènes

Elles sont consécutives à une inhalation massive et prolongée de particules de poussières qui provoquent une fibrose pulmonaire avec l’apparition de cicatrice au sein du tissu pulmonaire. Ces pathologies évolutives sont dues à l’inhalation de poussières de silice (silicose) ou d’amiante (asbestose).

  • Pneumoconioses mixtes

Elles résultent de l’inhalation d’un mélange de particules de poussière.

Symptômes

Les symptômes apparaissent après plusieurs années d’exposition aux particules de poussières minérales ou métalliques et dépendent, souvent, de la gravité de la pathologie. Les signes cliniques se manifestent par des difficultés respiratoires, une sensation d’étouffement. Le patient éprouve une gêne respiratoire, une sensation d’oppression au niveau de la poitrine. Avec l’évolution de la pathologie, une fibrose pulmonaire peut apparaître, puis dans les cas graves, une insuffisance respiratoire peut s’installer. Les complications liées aux pneumoconioses peuvent être, un cancer du poumon, l’emphysème ou une insuffisance cardiaque.

Causes

L’inhalation chronique et l’accumulation des particules de poussières minérales ou métalliques (amiante, silice, étain, charbon, etc.), dans les poumons, constituent les causes des pneumoconioses. Ces particules microscopiques de poussière s’accumulent dans les alvéoles et causent une réaction inflammatoire susceptible de provoquer un tissu cicatriciel fibreux et des dégâts irréversibles au niveau des poumons.

Diagnostic

Le médecin peut recueillir des informations utiles en vue d’effectuer un diagnostic grâce à un examen physique du patient, une auscultation des poumons par le biais d’un stéthoscope, aux antécédents personnels liés à une exposition aux particules de poussières minérales ou métalliques. L’examen radiologique thoracique et la tomodensitométrie de la poitrine sont également utiles dans le cadre de la démarche diagnostique.

Traitement

Il n’y a pas de traitement curatif destiné aux pneumoconioses qui ne peuvent pas être guéries, car les particules de poussière ne peuvent pas être retirées des poumons et les lésions sont irréversibles. Après le diagnostic des pathologies, la prévention constitue un volet important du traitement. Il consiste à éviter toute nouvelle exposition aux particules de poussières minérales ou métalliques et à éviter, également, la fumée des cigarettes.

La prise en charge thérapeutique vise à freiner l’aggravation des affections et le contrôle des symptômes. L’administration des médicaments bronchodilatateurs et l’apport en oxygène (oxygénothérapie) permettent de soulager les symptômes. Lorsque la pathologie atteint un stade terminal, la transplantation pulmonaire est le seul recours.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.