Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéPathologiePneumopathieInsuffisance respiratoire chronique

Qu’est-ce que l’insuffisance respiratoire chronique ?

Insuffisance respiratoire chronique

L’insuffisance respiratoire est définie comme étant l’incapacité de l’appareil respiratoire à fournir la quantifié d’oxygène nécessaire à l’organisme et à éliminer le dioxyde de carbone au niveau des poumons. Ainsi, l’appareil respiratoire n’est plus capable de jouer son rôle qui est d’assurer une oxygénation correcte du sang et de rejeter dans l’atmosphère le gaz carbonique produit par le métabolisme cellulaire. Elle peut être chronique, dans ce cas, elle se développe lentement et dure plus longtemps avec notamment une augmentation des difficultés respiratoires.

Cette insuffisance respiratoire chronique qui s’aggrave avec le temps peut être liée à une pathologie pulmonaire. Cette pathologie nécessite des soins médicaux rapides et adaptés en vue de réduire les symptômes.

Symptômes

L’insuffisance respiratoire chronique se manifeste par une dyspnée à l’effort qui peut exister au repos. Lorsque la pathologie évolue dans le temps, l’essoufflement est plus important. Cette difficulté respiratoire peut survenir au moindre effort ou en l’absence de tout effort. Avec la survenue de la dyspnée au cours le nuit, le patient éprouve des troubles du sommeil.

La tachycardie (accélération du rythme cardiaque) et des œdèmes au niveau des membres inférieurs sont, également des symptômes associés à l’insuffisance respiratoire chronique. Dans bien des cas, le manque d’oxygénation au niveau du sang provoque une coloration bleutée des ongles et des lèvres ou la cyanose des extrémités. En raison de la mauvaise oxygénation des organes, le patient peut être affecté par des maux de tête, le matin au réveil. L’agitation, l’angoisse, la confusion, une fatigue constante, une somnolence diurne et des sueurs profuses, peuvent également compléter le tableau clinique de l’insuffisance respiratoire chronique.

Causes

Certaines pathologies respiratoires peuvent causer une insuffisance respiratoire chronique, à savoir, l’asthme, l’emphysème pulmonaire, la broncho-pneumopathie chronique obstructive, les fibroses pulmonaires, l’hypertension pulmonaire. La bronchite chronique liée au tabagisme, les pathologies neuromusculaires (myasthénie, myopathies) et les atteintes de la paroi thoracique (cyphoscoliose) peuvent également être en cause.

Diagnostic

L’insuffisance respiratoire est confirmée grâce à l’analyse des gaz du sang. Cette analyse permet d’évaluer le taux d’oxygène et de gaz carbonique dans le sang. Pour ce faire, un prélèvement sanguin est effectué en piquant dans une artère du poignet. En plus des analyses de sang, d’autres tests complémentaires peuvent être effectués, il s’agit, entre autres, de la radiographie pulmonaire, la tomographie par ordinateur, l’artériographie pulmonaire, la bronchoscopie

Traitement

L’oxygénation de poumons et l’élimination du dioxyde de carbone excédentaire de l’organisme, tout en traitant la cause sous-jacente ou la maladie causale, constituent des objectifs thérapeutiques du traitement de l’insuffisance respiratoire.
Des mesures générales peuvent être bénéfiques au patient, il s’agit de l’arrêt du tabac, tout supprimant les facteurs de risque (tabagisme passif et actif) et en évitant les atmosphères enfumées.

L’oxygénothérapie de longue durée est également indiquée dans le cadre du traitement de l’insuffisance respiratoire chronique. Elle permet de fournir de l’oxygène et d’améliorer la survie du patient.

La ventilation assistée est utile dans le cadre de la prise en charge de l’insuffisance respiratoire chronique. Elle permet de corriger l’altération des échanges gazeux et d’améliorer la qualité de vie des patients.

Des médicaments peuvent être préconisés dans le but de réduire les symptômes, de freiner l’aggravation de la pathologie et de soulager le patient. Pour cela, les fluidifiants bronchiques, les bronchodilatateurs peuvent être prescrits au patient.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.