Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTroubles nerveuxTics et homéopathie
Tics et homéopathie
Vendredi 30 septembre 2016

Traiter les tics par homéopathie

Les tics sont des contractions, d’un ou plusieurs groupes de muscles, qui se produisent de manière soudaine, rapide, involontaire et récurrente. Caractérisées par des fréquences et des intensités plus ou moins variables, ces réactions sont généralement passagères et sans gravité, même si certaines sont susceptibles de perturber le quotidien de certaines personnes. Les tics sont transitoires quand ils disparaissent avant un an d’évolution, ou chroniques quand ils perdurent pendant plus d’une année.

Classification

Les tics peuvent être moteurs, sonores. Les tics moteurs sont des manifestations motrices ou des mouvements corporels anormaux, involontaires, brefs et brusques, de n’importe quelle partie du corps humain. Souvent, ils affectent le visage (le clignement des yeux, la contraction des joues, le mordillement des lèvres), les épaules (le haussement des épaules) ou le cou (le hochement ou la rotation de la tête). Les tics moteurs sont simples lorsqu’ils impliquent un seul groupe musculaire (la contraction de la bouche). Ils sont dits complexes lorsqu’ils impliquent plusieurs groupes de muscles (les grimaces faciales, le fait de donner un coup à soi-même ou aux autres). Les tics vocaux sont des productions sonores élaborées. Ils peuvent être également simples (le reniflement, le toussotement, le raclement de la gorge) ou complexes (la répétition de son, de mots ou d’expression ; la prononciation de phrases ou de mots obscènes ou socialement inacceptables). Aussi, les tics moteurs ou vocaux sont exacerbés par l’anxiété et le stressé.

Causes

Les causes exactes des tics ne sont clairement définies. Cependant, les tics peuvent être provoqués par une infirmité motrice cérébrale, un dysfonctionnement biochimique au niveau des neurotransmetteurs, une pathologie qui affecte une artère au niveau du cerveau. Les tics peuvent liés à une tension nerveuse interne, à une pathologie psychotique. Les enfants peuvent également exprimer une tension interne par le biais des tics. Certains tics sont associés au syndrome Gilles de la Tourette. Les tics peuvent aussi se manifester avec la prise des neuroleptiques ou avec l’apparition des pathologies telles que l’encéphalopathie, l’autisme ou la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Quand consulter un médecin ?

Si malgré le traitement, les tics se complexifient ou s’aggravent et semblent perdurer, au-delà d’un an, il est important de consulter un médecin ou un psychologue. Par ailleurs, cette démarche auprès d’un professionnel de la santé, doit être initiée, si les tics nuisent gravent à la qualité de vie du patient ou s’ils sont associés à des difficultés d’attention ou à des symptômes phobiques ou obsessionnels.

Traitements homéopathiques des tics

Agaricus muscarius est agissant lorsque les tics affectent le visage, avec notamment, les grimaces faciales, les tics des paupières, de la bouche et quand prédominent des mouvements incessants au niveau de la tête. Il est conseillé d’en absorber 5 granules en dilution 9 CH, deux fois par jour, jusqu’à amélioration des symptômes.Cuprum metallicum 15 CH peut être également administré à hauteur de 5 granules par jour.

Quand les tics affectent les mains et les pieds, Zincum metallicum 9 CH peut être administré, à raison 5 granules trois par jour. Ignatia amara 9 CH est une autre homéopathique qui soulage les tics, à hauteur de 3 granules, trois fois par jour, jusqu’à ce que les tics cessent.

Les sujets confrontés à des tics de la face, des paupières et du cou, peuvent avoir recours à Mygale lasiodora 9 CH, à hauteur de 5 granules, deux fois par jour.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.