Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTroubles nerveuxTrac et homéopathie
Trac et homéopathie

Gérer efficacement le trac par homéopathie

Le trac est une sorte de peur, d’inquiétude, d’angoisse que l’on ressent avant d’affronter des situations bien spécifiques. C’est un sentiment de malaise ou une appréhension qui survient avant une épreuve, une apparition en public. Il est susceptible d’affecter le comédien ou le chanteur avant d’entrer en scène, l’étudiant avant l’examen, le candidat avant l’entretien d’embauche. Le sujet ressent alors un léger sentiment d’inconfort ou est confronté à une peur paralysante ou une angoisse irraisonnée. Il tremble avec une voix qui chevrote un peu ou éprouve des difficultés pour trouver des mots justes ou pour former des phrases correctes.

Manifestations du trac

Les manifestations physiques du trac sont dominées par une accélération du rythme cardiaque, une augmentation de la pression artérielle, des difficultés respiratoires, une gorge serrée, une raideur musculaire, une envie de bouger, une transpiration. Les tremblements affectent, préférentiellement, les membres supérieurs et inférieurs avant de se généraliser à l’ensemble du corps. La bouche devient sèche, les mains deviennent moites, les muscles se raidissent. Le sujet peut être confronté à des envies d’uriner, une diarrhée, des maux de ventre, des nausées, ou des vomissements.

Au niveau psychique, les symptômes sont caractérisés par la peur de bafouiller, de ne pas pouvoir être à la hauteur, de ne pas être suffisamment compétent ou de ne pas pouvoir répondre aux questions. L’inhibition de la volonté ou la difficulté à passer à l’action, la sensation de ne pas maîtriser son corps, l’envie de renoncer et le besoin d’être rassuré, peuvent également prédominer.

Le trac est lié à la peur du jugement des autres, la peur de l’incompétence, un manque de préparation avant l’épreuve, l’examen ou l’exposé en public. Chez certaines personnes, c’est la timidité qui induit le trac, chez d’autres, c’est le souci de perfection qui est le facteur déclencheur.

Quand consulter un médecin ?

La consultation d’un médecin s’avère nécessaire lorsque le sujet ne parvient pas à gérer le trac ou dans les cas extrêmes, quand le trac provoque un évanouissement. L’aide d’un médecin ou d’un psychologue est également, conseillée quand le trac est associé à des crises de panique ou n’est pas lié à un événement ponctuel de la vie (une épreuve, un examen ou un exposé en public).

Traitements homéopathiques du trac

Plusieurs remèdes homéopathiques permettent de surmonter le trac. Les sujets affectés par des tremblements, une peur qui les tétanise ou les paralyse, peuvent avoir recours à Gelsemium 12 CH. Il conviendra d’absorber 3 granules, une à deux fois par jour pendant les jours qui précèdent le déroulement de l’épreuve, puis 3 à 5 fois le Jour J.

Les vertus thérapeutiques d’Argentum nitricum permettent de surmonter le trac qui est à l’origine d’une diarrhée, d’un tremblement et des envies fréquentes d’uriner. Il faut en prendre à raison de 5 granules en dilution 9 CH, chaque matin.

Pour le sujet qui éprouve le besoin d’être encouragé ou rassuré lorsqu’il ressent le trac, Silicea 15 CH est le remède approprié. La posologie consiste à prendre 3 granules, trois fois par jour, jusqu’au jour de l’épreuve.

Ignatia 9 CH est bien indiqué quand le sujet ressent des douleurs abdominales, une boule dans la gorge, des palpitations. Dans ce cas, il convient de prendre 3 granules, deux fois par jour.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.