Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéAnatomieTête et couAnatomie Méninges
Anatomie Méninges
Mardi 5 mai 2015

Les méninges ou les trois couches protectrices du névraxe

Situées dans la boite crânienne et disposées entre le névraxe et les os protecteurs (crane, vertèbres), elles constituent les trois membranes fibreuses qui entourent et protègent le système nerveux central contre les traumatismes et les infections.

Les méninges sont des tissus conjonctifs qui recouvrent directement le système nerveux central (tronc cérébral, cerveau, cervelet, en haut, et moelle spinale, en bas).

Ces membranes fibreuses sont successivement, de la couche extérieure vers l’intérieur : la dure-mère, l’arachnoïde et la pie-mère.

La dure-mère

La dure-mère ou pachyméninge est la couche la plus extérieure des trois méninges. Epaisse et de couleur blanche nacrée, elle tapisse la face interne du crâne et fusionne avec le tissu qui recouvre les nerfs rachidiens. Cette toile fibreuse est constituée de deux couches (externe et interne).

La couche externe ou couche endostée, tapisse la partie interne du crâne ou endocrâne. Fortement innervée par les nerfs cervicaux supérieurs, le nerf vague et le nerf trijumeau, elle est vascularisée par les artères méningées (antérieure, moyenne, postérieure). La couche interne ou couche méningée, émet des expansions qui cloisonnent la boite crânienne.

La première expansion est un repli sous le cerveau, dénommé la tente de cervelet, il s’agit d’une cloison médio-sagittale qui sépare le cerveau du cervelet. La deuxième expansion appelée le faux du cerveau est un repli ou une cloison transversale entre les deux hémisphères cérébraux.

L’arachnoïde

L’arachnoïde est une membrane intermédiaire tapissant la face interne de la dure-mère. Mince et épaisse, elle est située entre la dure-mère et la pie-mère. Très résistante, l’arachnoïde est reliée à la pie-mère par des trabécules ou des cellules leptoméningées.

Caractérisée par des fibres qui ressemblent à la trame d’une toile d’araignée, elle est dotée d’un espace sous-arachnoïdien qui renferme le liquide céphalo-rachidien. Cet espace sous-arachnoïdien sépare l’arachnoïde de la pie-mère. Entre la dure-mère et l’arachnoïde, il y a une cavité étroite dénommée espace sous-dural.

Les expansions qu’elle transmet à la dure mère sont des granulations (de Pacchioni) ou des villosités arachnoïdiennes qui contribuent à la résorption du liquide céphalo-rachidien.

L’arachnoïde possède deux feuillets : externe et interne. Le premier adhère à la surface interne de la dure-mère. Le second est appliqué sur la pie-mère.

La pie-mère

Très mince et transparente, la pie-mère est une membrane fine. Elle est la plus interne parmi les trois méninges. Elle est séparée de l’arachnoïde par l’espace sous-arachnoïdien qui contient le liquide le céphalo-rachidien. Elle est rattachée à la face interne de l’arachnoïde par des travées arachnoïdiennes.

Fortement vascularisée, la pie-mère a un rôle nourricier en fournissant des nutriments et de l’oxygène aux tissus nerveux du cerveau. Etroitement accolée à la surface du système nerveux, elle assure également un rôle protecteur.

La pie mère est une couche délicate renfermant des fibres de collagènes et deux couches. La première, la couche intimia pia sur laquelle reposent les vaisseaux cérébraux, est formée de fibres élastiques et réticulaires. La seconde, la couche épipiale sur laquelle reposent les vaisseaux spinaux, est constituée de fibres collagènes.

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.