Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéDossiersOs et articulationsAnatomie et pathologie de l’épauleSyndrome du conflit sous-acromial

Qu’est-ce que le syndrome du conflit sous-acromial ?

Syndrome du conflit sous-acromial

Le conflit sous-acromial est une cause fréquente de douleur à l’épaule. Il se produit quand il y a conflit entre les tendons ou la bourse de l'épaule. L'activité aérienne répétée de l'épaule est un facteur de risque de syndrome de conflit d'épaule. Les exemples comprennent la peinture, le levage de poids, la natation, le tennis et d’autres sports aériens. Les autres facteurs de risque comprennent les anomalies des os et des articulations. Avec le syndrome de conflit, la douleur est persistante et affecte les activités quotidiennes. Par exemple, des mouvements tels que tendre le bras derrière le dos ou tendre la tête pour revêtir un manteau ou un chemisier peuvent causer de la douleur.

Au fil du temps, le syndrome de conflit peut entraîner une inflammation des tendons de la coiffe des rotateurs (tendinite) et de la bursite. Si elles ne sont pas traitées de manière appropriée, les tendons de la coiffe des rotateurs peuvent commencer à s’affaiblir et à se déchirer.

Quels sont les signes et symptômes d’un conflit sous-acromial ?

Les symptômes les plus courants du syndrome du conflit sous-acromial sont la douleur, la faiblesse et une perte de mouvement au niveau de l’épaule affectée. La douleur est souvent aggravée par les mouvements de l’épaule et peut survenir la nuit, en particulier lorsque le malade est en position couchée sur l’épaule affectée.
L’apparition de la douleur peut être aiguë, si elle est due à une blessure ou peut être insidieuse si elle est due à un processus progressif tel qu’un épisode d’arthrose. La douleur a été décrite comme sourde plutôt que lancinante, et s’attarde pendant de longues périodes de temps, ce qui rend difficile le sommeil.

L’amplitude des mouvements à l’épaule peut être limitée par la douleur. Un arc de mouvement douloureux peut être présent pendant l’élévation du bras de 60 ° à 120 °. Le mouvement passif à l’épaule apparaîtra douloureux lorsqu’une force descendante sera appliquée à l’acromion, mais la douleur diminuera une fois que la force descendante cessera.

Quelles sont les causes du conflit sous-acromial ?

Lorsque le bras est levé, l’espace sous-acromial, l’espace entre le bord antérieur de l’acromion et la tête de l’humérus, se rétrécit et le tendon du muscle supraspinatus traverse cet espace. Tout ce qui provoque un rétrécissement supplémentaire a tendance à empiéter sur le tendon et à provoquer une réaction inflammatoire, entraînant un syndrome du conflit sous-acromial.

Cela peut être causé par des structures osseuses telles que des épis sous-acromiaux (projections osseuses de l’acromion), des épines arthrosiques sur l’articulation acromio-claviculaire et des variations dans la forme de l’acromion.

L’épaississement ou la calcification du ligament coraco-acromial peut également causer un conflit. La perte de fonction des muscles de la coiffe des rotateurs, due à une blessure ou à une perte de force, peut entraîner un mouvement supérieur de l’humérus, entraînant un conflit sous-acromial. L’inflammation et l’épaississement subséquent de la bourse sous-acromiale peuvent également causer un conflit.

Des exercices de musculation dans lesquels les bras sont élevés au-dessus de la hauteur des épaules, mais dans une position de rotation interne ont été suggérés comme une cause de conflit sous-acromial. Une autre cause fréquente du syndrome du conflit sous-acromial est la limitation du mouvement des surfaces scapulo-thoraciques.

Habituellement, une côte entrant dans la vertèbre 2 et la vertèbre 7 ou 8 peut légèrement faire saillie. Lorsque cela se produit, la scapula est soulevée et antéversée (inclinée vers l’avant). Ceci à son tour pousse l’acromion et la tête humérale hors de leurs positions anatomiques habituelles en plaçant la pression vers le bas sur la tête de l’humérus, provoquant ainsi le syndrome de conflit sous-acromial.

Mécanisme

La scapula joue un rôle important dans le syndrome de conflit d’épaule. C’est un os large et plat qui repose sur la paroi thoracique postérieure et qui permet d’attacher trois groupes de muscles différents. Les muscles intrinsèques de la scapula comprennent les muscles de la coiffe des rotateurs, le sous-scapulaire, l’infraspinatus, le teres minor et le sus-épineux.

Ces muscles s’attachent à la surface de la scapula et assurent la rotation interne et externe de l’articulation gléno-humérale. Les muscles extrinsèques comprennent les biceps, les triceps et les deltoïdes et s’attachent à l’os coracoïde, au tubercule supraglénoïde, au tubercule infraglenoïde de la scapula et à la colonne vertébrale.

Ces muscles sont responsables de plusieurs actions de l’articulation gléno-humérale.
Le troisième groupe, principalement responsable de la stabilisation et de la rotation de la scapula, comprend les muscles trapèze, serratus antérieur, releveur et rhomboïde et s’attache aux bords médial, supérieur et inférieur de la scapula. Chacun de ces muscles a son propre rôle dans le bon fonctionnement de l’épaule et doit être en équilibre afin d’éviter un dysfonctionnement de l’épaule.

Si la scapula ne parvient pas à élever correctement l’acromion, un conflit peut se produire pendant la phase d’armement et d’accélération d’une activité aérienne. Les deux muscles les plus inhibés au cours de cette première partie d’un mouvement aérien sont le dentelé antérieur et le trapèze inférieur.

Ces deux muscles agissent comme un couple de forces au sein de l’articulation gléno-humérale afin d’élever correctement le processus d’acromion et, si un déséquilibre musculaire existe, un conflit de l’épaule peut se développer.

Comment diagnostique-t-on un conflit sous-acromial ?

Le syndrome du conflit sous-acromial peut généralement être diagnostiqué par des antécédents et un examen physique. Lors de l’examen physique, le médecin peut tordre ou élever le bras du patient pour rechercher une douleur reproductible. Ces tests aident à localiser la pathologie de la coiffe des rotateurs. Toutefois, ils ne sont pas spécifiques au conflit.

Les radiographies simples de l’épaule peuvent être utilisées pour détecter certaines pathologies articulaires et les variations des os, y compris l’arthrite acromio-claviculaire, les variations de l’acromion et la calcification. Cependant, les rayons X ne permettent pas la visualisation des tissus mous et ont donc une faible valeur diagnostique.

L’échographie, l’arthrographie et l’IRM peuvent être utilisées pour détecter la pathologie du muscle de la coiffe des rotateurs. L’IRM est le meilleur test d’imagerie avant la chirurgie arthroscopique.

Comment traite-on un conflit sous-acromial ?

Le syndrome du conflit sous-acromial est généralement traité avec prudence, mais il est parfois traité par chirurgie arthroscopique ou chirurgie ouverte.
Le traitement conservateur comprend le repos, l’arrêt de l’activité douloureuse et une thérapie physique. Les traitements de physiothérapie se concentrent généralement sur le maintien de l’amplitude des mouvements, l’amélioration de la posture, le renforcement des muscles des épaules et la réduction de la douleur.

Les physiothérapeutes peuvent utiliser les techniques de traitement suivantes pour améliorer la douleur et la fonction :

  • mobilisation des articulations,
  • thérapie interférentielle,
  • acupuncture,
  • thérapie des tissus mous,
  • rubanage thérapeutique,
  • renforcement de la coiffe des rotateurs,
  • éducation concernant la cause et le mécanisme de la maladie.

Les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens et les poches de glace peuvent être utilisés pour soulager la douleur.

Des injections thérapeutiques de corticostéroïdes et d’anesthésiques locaux peuvent être utilisées lorsque le conflit est persistant. Le nombre total d’injections est généralement limité à trois en raison des effets secondaires possibles des corticostéroïdes.

Un certain nombre d’interventions chirurgicales sont disponibles, en fonction de la nature et de l’emplacement de la pathologie. La chirurgie peut être réalisée sous arthroscopie ou en chirurgie ouverte. Les structures en conflit peuvent être enlevées chirurgicalement et l’espace sous-acromial peut être élargi par résection de la clavicule distale et excision des ostéophytes sous la surface de l’articulation acromio-claviculaire. Les muscles endommagés de la coiffe des rotateurs peuvent être réparés chirurgicalement.

Sources :

https://my.clevelandclinic.org/health/diseases/7079-impingement-syndrome-of-the-shoulder

https://www.nhs.uk/conditions/shoulder-impingement-syndrome/

https://www.webmd.com/arthritis/impingement-syndrome#1

Os acromial : de l’anatomie à la pathologie J. Parier, G. Nourissat, B. Montalvan, C. Radier, Communication Sims opus XLIII 1 2016

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.