Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTroubles neurologiquesMononucléose infectieuse et homéopathie
Mononucléose infectieuse et homéopathie
Vendredi 2 septembre 2016

Traiter la mononucléose infectieuse par homéopathie

La mononucléose infectieuse est une maladie virale caractérisée par une augmentation du nombre de globules blancs mononucléaires dans le sang. Cette anomalie biologique affecte les hommes et les femmes de tous âges, mais plus fréquemment, les jeunes enfants, les adolescents et les jeunes adultes.

Il s’agit d’une infection transmise par le virus Epstein-Barr (EBV), qui appartient à la même famille que le virus de l’herpès. Il est principalement transmissible par le contact direct intime et par la salive. C’est pourquoi, la mononucléose infectieuse est appelée communément, la maladie du baiser. Ainsi, les échanges de baiser, d’objets souillés, les échanges de jouets ou de verres qui passent de bouche en bouche, sont des facteurs de transmission. Exceptionnellement, la transmission par transfusion sanguine ou par transplantation d’organe, est également possible. La transmission par aérosol ou par les éternuements ou la toux, est limitée.

Ce virus pénètre dans l’organisme, se cache au niveau des ganglions et y demeure sous une forme silencieuse dans le système immunitaire sans forcément provoquer des symptômes. Chez certaines personnes, le premier contact avec le virus entraîne des manifestations cliniques.

La mononucléose infectieuse se manifeste par une fatigue intense, une fièvre élevée susceptible d’atteindre 40°C, des céphalées, des douleurs musculaires, des ganglions enflés et douloureux (au niveau du cou, des aisselles), des éruptions cutanées et une angine associée à des difficultés à avaler. On peut également constater une augmentation du volume de la rate, des troubles respiratoires. Une altération de l’état de santé du patient est, ainsi, manifeste. La durée et l’intensité des symptômes varient, considérablement, d’un sujet à un autre. La mononucléose infectieuse est généralement une maladie bénigne qui guérit spontanément en moins de 4 semaines, avec un état de fatigue qui peut perdurer pendant plusieurs mois.

Le traitement de la mononucléose infectieuse

Des remèdes homéopathiques sont particulièrement efficaces en présence d’une mononucléose infectieuse, notamment Mercurius solubilis 9 CH et Natrum muriaticum 9 CH. Il est conseillé d’absorber trois granules de chaque, trois fois par jour. Thymuline 9 CH est également susceptible de soulager les patients affectés par la mononucléose infectieuse, en ayant recours à une dose par mois. Chez l’adolescent, Kalium phosphoricum 9 CH peut être également prescrit à raison de 2 granules, trois fois par jour jusqu’à ce que l’état de santé du patient s’améliore. Pour accélérer l’amélioration de l’état de santé du patient après une mononucléose infectieuse marquée par une fatigue intense, China rubra 9 CH est bien indiqué, à raison de 5 granules trois fois par jour.

Quand consulter un médecin ?

Lorsqu’une complication liée à la mononucléose infectieuse survient, il est important de consulter un médecin sans tarder. Ces complications plus ou moins graves, affectant des organes bien spécifiques, sont, entre autres, la myocardite (le cœur), l’encéphalite (le cerveau), la néphrite (le rein). La rupture de la rate est une complication rare, elle constitue une urgence médicale, nécessitant une intervention chirurgicale. C’est pourquoi, une douleur aiguë ressentie en haut et à gauche de l’abdomen, requiert des traitements d’urgence, car elle peut être le signe d’augmentation du volume de la rate qui est susceptible de se rompre.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.