Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTroubles neurologiquesCruralgie et homéopathie

Soigner la cruralgie par homéopathie

Cruralgie et homéopathie

La cruralgie ou névralgie crurale est une douleur intense provoquée par une atteinte du nerf crural. La compression ou l’irritation d’une des deux racines de ce nerf génère une douleur vive qui peut être ressentie plus particulièrement au niveau de la cuisse et le long de ce nerf. Également appelé nerf fémoral, le nerf crural est un nerf sensorimoteur du membre inférieur. Il part de la moelle épinière, descend dans la jambe et assure la flexion de la cuisse sur le tronc, l’extension de la jambe, tout en assurant, par ailleurs, la sensibilité de la partie antérieure de la cuisse. Semblable à une brûlure ou à une décharge électrique, la névralgie crurale n’épargne pas les fessiers, le dessous du genou ou la face interne du pied. Le patient peut également ressentir des fourmillements, des sensations de picotement, des difficultés pour se pencher en voulant saisir des objets ou pour effectuer une flexion avec la jambe affectée. Une paralysie partielle ou complète peut affecter le genou, le talon ou la pointe des pieds (cruralgie paralysante).

Les causes de la cruralgie sont multiples. La hernie distale et l’arthrose sont, particulièrement, incriminées. D’autres facteurs susceptibles de comprimer le nerf crural sont, également, mis en cause, il s’agit, notamment, de la sténose du canal lombaire, d’une altération d’un disque vertébral, de la présence d’une tumeur sur le long du nerf, d’un abcès au niveau du bassin.

Traitement de la cruralgie

Le traitement homéopathique repose sur la prise des médicaments qui donnent de bons résultats et parviennent à calmer la douleur de la névralgie crurale. Dans cette perspective, les remèdes sont administrés avec une posologie adaptée par l’homéopathe en fonction des symptômes observés et des signes individuels manifestés par le patient.

  • Dans le cadre du traitement de la cruralgie, l’homéopathe prescrira Kalmia latifolia chez un patient affecté par une douleur intense aggravée par le mouvement.
  • Lorsque la douleur se manifeste par des accès fulgurants qui partent de la racine du membre inférieur pour gagner son extrémité, ce sont 5 granules d’une dilution élevée (15 CH) de Kalmia latifolia qui seront recommandés au patient aussi souvent que nécessaire.
  • Colocynthis 15 CH peut être également préconisé avec la même posologie lorsque l’intense sensation douloureuse oblige le patient à fléchir la cuisse sur le bassin.
  • Pour soulager les douleurs vives accompagnées d’une sensation d’engourdissement et de fourmillements, Gnaphallium polycephalum 5 CH est bien indiqué. La posologie est de trois granules trois fois par jour jusqu’à ce que le patient ressente une amélioration.
  • La cruralgie peut être également traitée avec les dilutions homéopathiques d’Aconit. La dilution 15 CH, avec notamment une dose, permet de calmer et de soigner les fortes douleurs qui irradient le long du nerf crural.

Quand consulter un médecin ?

Il y a une urgence médicale lorsque la cruralgie est paralysante et se manifeste par une paralysie sphinctérienne ou lorsqu’une infection grave des disques vertébraux (spondylodiscite) est à l’origine de cette pathologie. Dans tous les cas, si les traitements homéopathiques ne parviennent à soulager la douleur, le patient doit immédiatement consulter un médecin. Lorsque le cas est particulièrement sévère, la chirurgie est bien indiquée pour libérer le nerf comprimé.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Messages

  • , par LAIR

    Bonjour, je me reconnais dans la cruralgie, bien que (depuis 2005)un ostéopathe du centre anti-douleur de CAEN 14) a parlé de douleurs musculo-squelettiques, puis aussi de névralgies clunéales. Tout y est passé : ostéo,infiltrations sous scanner,acupuncteur.ces douleurs ont commencé par un tiraillement du muscle du recteur après les selles, descendant le long de la grande lèvre droite, puis dans l’aine. Je ne peux m’asseoir car cela déclanche des douleurs insupportables.Je ne fais plus de voiture pour me rendre dans les magasins ou fêtes familiales ; j’ai faillit tomber dans la dépression du fait de ces importantes douleurs. je suis donc sous traitement opioides (tramadol) et le soir laroxyl et 8 gouttes de valium 1% pour me permettre de trouver le sommeil.depuis quelques mois, j’ai un ressenti de rétractation du muscle de l’ischio-jambier (droite) qui descend le long de cette jambe droite. je ne souhaite pas augmenter mon traitementallopathique et préfére vivre avec ma douleur. J’ai 84 ans et suis tombée sur votre page internet, très intéressante où je me suis reconnue dans certaines pathologies. Kalmia Latifolia a retenu mon attention et je serais ravie de connaitre votre diagnostic. avec mes salutations LAIR Christiane

    • , par Eymard

      Bonjour Christiane,

      Nous vous conseillons de prendre contact avec un médecin homéopathe de votre localité. Si vous habitez Caen, vous trouverez probablement la perle rare en affinant la recherche "médecin homéopathe à Caen" sur Google.

      Merci et prompt rétablissement

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.