Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTroubles neurologiquesParesthésie et homéopathie
Paresthésie et homéopathie

Soigner la paresthésie grâce à l’homéopathie

Le mot paresthésie qui provient des mots grecques ‘’para’’ pour anomalie et ‘’aesthesia’’ pour sensation, désigne une anomalie au niveau des sensations à la surface de la peau. Général ou localisé, ce trouble de la sensibilité, est marqué par des symptômes bénins mais désagréables. Le patient peut, ainsi, ressentir au niveau du corps et fréquemment au niveau des membres (inférieurs et supérieurs) et leurs extrémités, des fourmillements plus ou moins étendus et bien d’autres signes cliniques. La paresthésie s’accompagne d’une disparition plus ou moins marquée de la sensibilité (anesthésie), des engourdissements, des picotements. Les démangeaisons, les sensations de moiteur, les sensations de brûlure, les piqûres, sont entre autres, des manifestations fréquentes de la paresthésie. Le sujet peut éprouver ces sensations d’un moment à un autre (paresthésie ponctuelle ou transitoire). Mais, elles peuvent perdurer dans le temps (paresthésie chronique).

Des sensations de peur ou de surprise peuvent générer une paresthésie soudaine et généralisée. L’exposition des membres au froid intense, est susceptible de provoquer une paresthésie localisée et ponctuelle. Ces sensations de fourmillements de courte durée, peuvent être liées à un syndrome d’hyperventilation ou à une pression sur un nerf.

Quant à la paresthésie chronique, elle peut être le résultat d’une anomalie sanguine, d’une pathologie virale (zona) d’une pathologie métabolique (diabète, hypoglycémie) ou d’une pathologie articulaire (arthrite rhumatoïde, arthrite psoriasique, syndrome du canal carpien, hernie discale). Elle peut être le signe manifeste d’une mauvaise circulation sanguine, d’une production excessive d’hormones thyroïdiennes, d’une atteinte des nerfs périphériques. Les intoxications au mercure, les empoisonnements par radiations et la prise des médicaments opioïdes sont, parfois, incriminés. Les carences en vitamines B5, B12 et les séquelles de la chimiothérapie peuvent également favoriser l’apparition de la paresthésie.

Traitements homéopathiques de la paresthésie

L’homéopathie permet de soulager l’inconfort ressenti lorsque les signes d’une paresthésie sont manifestes.

Aconitum napellus est un remède homéopathique qui peut être utilisé en présence d’une paresthésie qui s’étend sur tout le corps, dominée par des fourmillements au niveau des extrémités, de la face, de la langue ainsi qu’une anesthésie par le froid. La dilution 15 CH, peut être administrée an absorbant 5 granules, deux à six fois par jour, en fonction de l’intensité des manifestations cliniques.

Hypericum perforatum est un remède habituellement utilisé contre les fourmillements des extrémités à la suite d’une circulation défectueuse ou après une exposition au froid. La posologie consiste à prendre 5 granules issus de la dilution 15 CH, deux fois par jour. Ce remède est également efficace contre les engourdissements des doigts et des orteils.

En présence de certaines pathologies telles que la sciatique et la névralgie qui surviennent avec des sensations anormales et des fourmillements, Carboneum sulfuratum 9 CH est particulièrement actif. Le patient peut avoir recours à 5 granules une à trois fois par jour. Curare 15 CH peut être également préconisé en vue d’atténuer les fourmillements, à raison de 5 granules, deux fois par jour.

Quand consulter un médecin ?

Les paresthésies récurrentes ou qui apparaissent régulièrement, s’intensifient ou persistent dans le temps, sont des motifs de consultation médicale. Lorsque les paresthésies sont associées à des dysfonctions cérébrales, elles doivent faire l’objet d’une prise en charge médicale.

Dans bien des cas, il convient de traiter rapidement le trouble grave lié à l’apparition de la paresthésie. Lorsqu’il s’agit d’une paresthésie chronique, il est important de consulter un médecin pour rechercher la cause sous-jacente et explorer les options de traitement.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Messages

  • , par DELMARCEL Marie Hélène

    Bonjour,
    Je souffre de paresthésie buccale les spécialistes que j’ai consultés (Stomatologue, orl, spécialiste des glandes salivaires) ne me donnent aucun traitement, ils me disent tous que cela est dû à l’anxiété, qu’en pensez vous ? et quel traitement me conseillez vous ;
    Merci de votre réponse.
    Cordialement

  • , par DESBESSEL

    Bonjour,

    j’ai le même symptome que Madame DELMARCEL

    VU stomato et ORL et on ne me donne rien non plus

    Cordialement

    Une solution à cette paresthésie serait la bienvenue car cela commence à devenir très désagréable

  • , par ouedraogo souleymane

    Bjr moi j’ai des fourmillements au niveau des membres supérieurs et inférieurs pandants 4ans et sa ma conduit à un glaucome

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.