Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéDossiersOs et articulationsPoignet et mainDoigt à ressaut
Doigt à ressaut
Samedi 19 septembre 2015

Doigt à ressaut : causes, symptômes, traitements

Le doigt à ressaut est une affection fréquente de la main. Cette pathologie entraîne des douleurs et des blocages articulaires lors des mouvements de flexions et d’extension des doigts. Cette gêne est plus marquée le matin au réveil.

Les tendons fléchisseurs traversent la paume avant de terminer leur trajet au niveau de l’extrémité des doigts. Ils traversent de minuscules canaux et il suffit d’un petit épaississement pour provoquer un blocage. C’est ce qui arrive lors d’un doigt à ressaut qui se traduit par l’augmentation du volume des tendons empêchant leur mouvement.

Causes

Une inflammation des tendons peut provoquer un doigt à ressaut. Celle-ci entraîne une augmentation des frottements lors des mouvements des doigts, ce qui a pour conséquence d’épaissir davantage le tendon. Certaines professions nécessitant des gestes répétitifs sont à l’origine de l’épaississement des fibres tendineuses. Cette affection peut survenir, sans cause précise.

Symptômes

Un ressaut se produit lorsqu’on étend le doigt, l’extension se fait brutalement et est souvent douloureuse. Le phénomène est plus fréquent le matin. Il est parfois nécessaire d’utiliser l’autre main pour pouvoir allonger le doigt et le doigt peut dans certains cas rester bloqué en flexion.

Examens à réaliser

En plus de l’examen clinique, une IRM et une échographie sont effectuées pour poser le diagnostic. En présence d’un doigt à ressaut, ces examens montrent la présence d’un épanchement liquidien dans la gaine du fléchisseur et une inflammation du tendon.

Traitements d’un doigt à ressaut

Selon la gravité de la pathologie, différents traitements sont possibles. Lorsque l’inflammation est bénigne, la mise au repos par l’arrêt de toutes activités répétitives est largement suffisante pour soulager les douleurs.

En cas d’échec, il est possible d’avoir recours aux infiltrations locales de corticoïde. Cet anti-inflammatoire aura pour effet de diminuer l’épaisseur du tendon. L’infiltration peut être douloureuse et il est souvent nécessaire de faire une deuxième injection deux semaines après.

Si les deux premiers traitements échouent, l’option chirurgicale peut être envisagée. Cette intervention appelée ténolyse consiste à élargir le canal se trouvant au niveau de la paume pour faciliter les mouvements du tendon. Cette libération du tendon est faite en ambulatoire et sous anesthésie locale. La pose d’une attelle après l’intervention n’est pas nécessaire. La récupération complète intervient au bout de trois semaines, en général.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.