Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Rhizarthrose
Vendredi 18 septembre 2015

La rhizarthrose, l’arthrose de la base du pouce

La rhizarthrose est l’une des formes d’arthrose de la main la plus fréquente. Cette affection touche l’articulation du pouce se trouvant entre l’os trapèze et le premier métacarpien. Fréquente chez la femme, elle peut apparaître sans cause précise (rhiarthrose idiopathique) ou avoir une origine post-traumatique.

La rhizarthrose est la dégénérescence du cartilage de l’articulation se trouvant à la racine du pouce. Cette articulation joue un rôle important, car elle participe à tous les mouvements de pince entre le pouce et les autres doigts.

Causes d’une rhizarthrose

Cette affection du pouce peut survenir à la suite d’un traumatisme au niveau de l’articulation : luxation ou fracture. Les mouvements répétitifs du pouce entraînent une usure accélérée du cartilage. Certaines pathologies comme la polyarthrite rhumatoïde peuvent favoriser son apparition. Elle est généralement idiopathique (arthrose primitive).

Symptômes

Le pouce devient douloureux. Cette douleur est plus marquée lors de la sollicitation de l’articulation. Progressivement l’articulation se dégrade et on peut assister à une déformation de la base du pouce.

Le diagnostic repose sur un examen clinique complété par la prise de clichés radiographiques.

Traitement

Une attelle permettant le maintien du pouce dans une bonne position sera portée la nuit. Elle permet le repos de l’articulation. Toutes activités susceptibles d’aggraver la maladie doivent être arrêtées. Un traitement médicamenteux à base d’anti-inflammatoires non stéroïdien ou d’antalgiques permettra de soulager les douleurs. Des infiltrations de corticoïdes par voie locale peuvent être nécessaires en cas de douleurs vives et persistantes. Il est aussi possible d’avoir recours à des injections d’acide hyaluronique (la viscosupplémentation).

Si au bout de six mois ce traitement ne donne pas de résultats satisfaisants, une intervention chirurgicale doit être envisagée.

Le choix du mode opératoire dépend de l’âge du patient, mais aussi du stade d’avancement de la pathologie.

L’intervention peut consister à l’ablation du trapèze (trapèzectomie). Ce geste est généralement associé à une stabilisation ligamentaire. Lorsque la dégradation cartilagineuse et osseuse est avancée, l’articulation sera remplacée par une prothèse.

Ces interventions donnent de bons résultats dans la majorité des cas et la récupération complète intervient au bout de trois mois. Les séances de rééducation sont indispensables pour permettre à l’articulation de retrouver une mobilité convenable. On peut souvent assister à une légère perte de force au niveau de pouce.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.