Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéDossiersOs et articulationsPoignet et mainEntorse scapho-lunaire
Entorse scapho-lunaire

L’entorse scapho-lunaire

Une entorse scapho-lunaire est une affection du poignet se manifestant par des lésions au niveau du ligament reliant deux os du carpe : le scaphoïde et le semi-lunaire.

À la suite d’une entorse, le ligament scapho-lunaire se retrouve étiré voir déchiré (rupture partielle ou totale). Ce qui peut entraîne une instabilité articulaire avec une augmentation de la pression au niveau du cartilage qui va s’user plus rapidement. Si un traitement n’est pas administré à temps une arthrose du poignet apparaîtra.

Symptômes et diagnostic

Cette pathologie du poignet entraîne une perte de la mobilité de l’articulation ainsi que la force de serrage. Des douleurs sont présentes et une raideur articulaire s’installe.

En plus de l’examen clinique, des clichés radiographiques, une IRM et un scanner du poignet seront réalisés. Ces examens permettent de mesurer l’étendue des lésions ligamentaires au niveau du carpe.

Traitement

Lorsque la lésion est bénigne, une immobilisation du poignet associée à la prise d’anti-inflammatoires ou d’antalgiques est suffisante pour le traitement d’une entorse scapho-lunaire.

Lorsque la rupture du ligament est totale et en présence d’un écart important entre le semi-lunaire et le scaphoïde, une intervention chirurgicale est indispensable. Lors de l’opération, le ligament sera réparé puis réinséré entre les osselets du carpe. Pour protéger le ligament et lui permettre de cicatriser, des broches seront intercalées entre le semi-lunaire et le scaphoïde. L’articulation est immobilisée pendant six semaines. Après retrait du plâtre, des séances de rééducation sont initiées pour permettre au poignet de retrouver sa mobilité initiale.

Que faire en cas d’échec du traitement ?

Dans certains cas, le ligament ne cicatrise pas malgré le traitement. Une instabilité articulaire s’installe avec des entorses à répétition. Afin d’éviter l’installation d’une arthrose et la destruction complète de l’articulation, différentes options peuvent être étudiées.

Si les signes d’arthrose ne sont pas encore présents, une greffe peut remplacer le ligament endommagé. Une résection ou le retrait des os de la première rangée du carpe peut être réalisé. Cette intervention provoque une réorganisation anatomique au niveau du poignet. En effet, la deuxième rangée viendra s’emboîter au niveau de la tête radiale. La fusion partielle ou totale des os du carpe est une solution envisageable. La pose d’une prothèse totale du poignet est utilisée en dernier recours.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.