Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesTroubles rhumatologiquesPolyarthrite rhumatoïde et homéopathie

Soigner la polyarthrite rhumatoïde par homéopathie

Polyarthrite rhumatoïde et homéopathie

La polyarthrite rhumatoïde est une pathologie inflammatoire des articulations. Il s’agit d’une maladie chronique caractérisée par des périodes de poussées et des périodes de remissions. Cette forme de rhumatisme inflammatoire affecte plusieurs articulations en même temps. Classiquement, ce sont les articulations des mains, des poignets, des genoux et des pieds qui souvent touchées. Parfois, elle n’épargne pas les articulations du coude, de la hanche, de la mâchoire, de la cheville, de l’épaule.

La polyarthrite rhumatoïde provoque des sensations douloureuses et une certaine raideur dans plusieurs articulations. Cette douleur, qui surgit souvent la nuit, peut être continue ou spontanée. Le fait de toucher ou même d’effleurer l’articulation enflammée avec un drap ravive la douleur. Cette pathologie inflammatoire génère également un gonflement douloureux bilatéral des articulations avec une diminution de l’amplitude des mouvements. Ainsi, le patient peut éprouver des difficultés pour serrer les poings ou réaliser des gestes simples da la vie quotidienne. L’impotence fonctionnelle est d’intensité variable. Des nodules rhumatoïdes (une sorte d’excroissances), peuvent également apparaître sous la peau, notamment, au niveau des coudes ou à coté des articulations des doigts.
La polyarthrite rhumatoïde s’accompagne souvent d’une destruction progressive du cartilage, des tendons et de l’os des articulations affectées et entraîne leur déformation.

L’inflammation est provoquée par un dérèglement du système immunitaire : l’organisme réagit et s’attaque à la membrane synoviale des articulations (réaction auto-immune). Pour l’heure, l’origine exacte de ce dérèglement, est encore mal comprise. Il existe également des facteurs de prédisposition génétique, susceptibles d’expliquer la survenue de cette pathologie. Aussi, elle peut être liée à plusieurs facteurs (pathologie multifactorielle). Ainsi, l’apparition de la polyarthrite rhumatoïde peut être associée à un ensemble de facteurs hormonaux, environnementaux (pollution, tabagisme).

Traitements homéopathiques de la polyarthrite rhumatoïde

Il existe plusieurs remèdes homéopathiques destinés, au traitement de la polyarthrite rhumatoïde, et partant, à l’amélioration de la qualité de vie des patients. Lorsque le traitement initié dès les premiers instants de la maladie, il permet de freiner l’évolution de celle-ci et de prévenir les déformations articulaires.

Ainsi pour améliorer l’état de santé du patient, Aurum metallicum est utile, surtout si les douleurs ressenties comme osseuses, sont aggravées au cours de la nuit et améliorées par la chaleur.
En présence d’une alternance de période poussées et de période de rémission, avec une inflammation circonscrite au niveau des genoux ou de la hanche et une douleur articulaire brûlante, Phosphorus est préconisé.

Streptococcinum est un remède actif en présence d’une polyarthrite rhumatoïde débutante. Ce médicament permet, également, de prendre en charge les sensations douloureuses chroniques, associées à cette pathologie inflammatoire. La posologie consiste à prendre, la dilution 12 CH, à raison de trois doses par semaine.

Des douleurs articulaires tiraillantes, associées à une raideur et à une tendance à des déformations affectant toutes les articulations et plus particulièrement au niveau des doigts, constituent des indications liées à la prescription de Tuberculinum residum. La dilution 12 Ch est recommandée à raison de 3 doses par semaine.

Quand consulter un médecin ?

En cas de douleurs dans les articulations et de gonflements articulaires, il est important d’entamer rapidement un traitement médical, surtout, si des antécédents familiaux prévalent. L’apparition d’une fièvre qui peut être le signe manifeste d’une infection au niveau des articulations, est un motif de consultation médicale. Dans bien des cas, une intervention chirurgicale est nécessaire, notamment, en présence d’une déformation des grosses articulations.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.