Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéPsychologieEnfantsEnfant refusant de partager

L’enfant qui refuse de partager

Enfant refusant de partager

Au cours de son développement normal, l’enfant est naturellement égocentrique. Il refuse de prêter ce qui lui appartient à un autre enfant. Il s’approprie les objets qui le fascinent ou lui appartiennent. Il ne permet pas à ses amis ou à ses frères et sœurs de les utiliser. Il n’accepte pas de se priver de ses jouets, de ses affaires, ne serait-ce que pour une seconde. En grandissant, grâce à l’aide des parents qui sèment en lui, les graines du partage, l’enfant devient plus généreux et accepte de partager.

Le fait que l’enfant ne partage pas, ce qui est apparemment un manque de sociabilité ou de générosité, est normal jusqu’à ce qu’il apprenne la notion de partage. Possessif, tout lui appartient, il s’approprie les choses qui sont autour de lui et refuse de les partager.

Pourquoi un enfant refuse-t-il de partager ?

A deux ans, il commence à appréhender la notion de possession et utilise couramment certaines expressions telles que : « C’est à moi ». Il considère ce qui lui appartient comme un prolongement de lui-même et le fait de partager est perçu comme étant une séparation d’avec une partie de lui-même. Avec ce sens aigu de la propriété, il hurle chaque fois qu’un de ses camarades ou de ses proches veut toucher son jouet. Il refuse de partager malgré les injonctions des parents.

Les enfants ne sont pas portés à partager jusqu’à ce qu’il développe la notion de partage, aux alentours de 4 ans. Après l’âge de 4 ou 5 ans, les tout-petits sont un peu plus sociables et préfèrent certains amis. Pour conserver et renforcer ces liens d’amitié, ils peuvent volontairement partager leurs jouets et leurs nourriture entre autres biens.

Comment aider un enfant à partager ?

Il est inutile de punir l’enfant qui n’a pas encore acquis la notion de partage ou de le forcer pour qu’il cède un de ses jouets. Bien au contraire, il faut l’encourager au quotidien au partage et le féliciter chaque fois qu’il prête ou accepte de partager un de ses jouets avec quelqu’un. Les parents doivent montrer à l’enfant qu’il apprécie ce type de comportement en lui démontrant les avantages du partage, en lui enseignant les jeux coopératifs. Ils doivent également prêcher par l’exemple en partageant avec lui certains objets ou aliments (gâteau, crème) ou en lui offrant des choses de valeur tout en lui faisait savoir que c’est avec réel plaisir qu’ils partagent ces choses avec lui.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.