Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéDiagnosticExamens in vivoCystoscopie
Cystoscopie
Mercredi 20 mai 2015

Cystoscopie : principe, déroulement et indications

La cystoscopie est un examen médical des parois internes de la vessie, de l’urètre, des voies urinaires à l’aide d’un tube relié à une caméra et à une source lumineuse (le cystoscope). Elle consiste à introduire une caméra par les voies naturelles dans le but de visualiser la muqueuse du réservoir dans lequel l’urine est stockée avant d’être évacuée lors de la miction (la vessie) et la muqueuse du canal de sortie de la vessie (l’urètre). Cette technique d’exploration visuelle de la cavité vésicale en passant par l’urètre, permet de déceler une anomalie, de prélever des tissus ou un échantillon d’urine.

La cystoscopie est utilisée, dans le cadre d’une évaluation des affections de voies urinaires ou à des fins diagnostiques. Elle peut être couplée à une intervention chirurgicale.

Principe

Le principe de la cystoscopie consiste à explorer la paroi interne de la vessie à l’aide d’un cystoscope introduit par les voies urinaires. Pour ce faire, le cystoscope est introduit au niveau du méat urétral avant de le remonter progressivement jusqu’à la vessie.

Généralement, chez l’homme, c’est un cystoscope souple qui est utilisé tandis que chez la femme le cystoscope utilisé, est rigide.

Ces deux tubes minces qui se distinguent par la flexibilité qui les caractérise, sont reliés à une source lumineuse et à une caméra. La cystoscopie réalisée avec le tube souple nécessite une anesthésie locale. Un produit anesthésique sous forme de gel est instillé dans l’urètre par le biais du méat urinaire quelques minutes avant l’examen. Avec le cystoscope rigide, une anesthésie générale est nécessaire.

Déroulement

Après avoir vidé sa vessie, le patient est allongé sur le dos, les genoux pliés et les genoux placés dans les étriers. L’urètre est bien nettoyé, les organes génitaux et la peau environnante sont également désinfectés. Le médecin lubrifie le cystoscope avec un gel spécial. Après une anesthésie, le médecin enfile le cystoscope dans l’urètre. Lorsque le cystoscope atteint la vessie, une solution stérile est pompée à travers le cystoscope pour élargir la vessie et pour permettre une meilleure visibilité de la paroi vésicale.

Après l’examen, le patient peut ressentir des sensations de brûlures au niveau de l’urètre et des organes génitaux. Il devra boire beaucoup d’eau pour atténuer ces sensations douloureuses.

Indications

La cystoscopie est indiquée en présence des saignements au cours de la miction, des infections urinaires récurrentes, d’une perte du contrôle de la vessie ou en présence d’une miction douloureuse. Elle peut être, également, recommandée chez les patients affectés par un rétrécissement des voies urinaires.

La cystoscopie permet de rechercher toute anomalie de la muqueuse recouvrant l’urètre ou la vessie. Cette investigation permet de diagnostiquer les difficultés urinaires, une tumeur vésicale, des polypes vésiculaires. Le diagnostic d’une cystite hémorragique ou d’une lithiase, peut être établi par le biais de la cystoscopie. Un saignement d’origine rénale peut être également visualisé. Aussi, des calculs urinaires peuvent être détectés.

Par ailleurs, des prélèvements, des biopsies et l’introduction d’une sonde au niveau de l’urètre, sont réalisables grâce à la cystoscopie qui permet également d’extraire des calculs vésicaux.

Dans le cadre d’un examen radiographique, la cystoscopie peut être utilisée en vue d’opacifier les voies urinaires.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.