Nous souhaitons un prompt rétablissement à toutes les personnes souffrant de COVID-19 ou d’autres maladies.

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin et suivre ses conseils en priorité.

Sainte SantéDiagnosticExamens in vivoElectromyographie

Electromyographie : principe, déroulement, effets indésirables

Electromyographie

L’électromyographie ou EMG est un examen permettant d’enregistrer l’activité électrique d’un muscle ou d’un nerf. Le tracé obtenu est appelé électromyogramme. La réalisation de cet examen permet de diagnostiquer certaines pathologies musculaires ainsi que certaines maladies des nerfs périphériques.

L’électromyographie est un examen fort utile, car même si elle ne permet pas de connaitre la cause des pathologies, elle aide à déceler les éventuelles lésions nerveuses et certaines atteintes du système nerveux. L’électromyogramme est le résultat de cet examen et se présente sous la forme d’un tracé.

Quand effectuer une EMG ?

On réalise une électromyographie lorsqu’à la suite d’un traumatisme, certains signes (picotements, baisse de la sensibilité) font penser à une atteinte nerveuse. On peut aussi demander une EMG en cas de douleurs et fatigue musculaires, en cas de paralysies ou polyneuropathies. Aussi cet examen peut être prescrit lorsque les symptômes d’une compression nerveuse sont présents. Par ailleurs, cet examen peut être demandé dans la cadre du suivi d’un traitement.

Intérêt de cet examen

L’électromyographie permet de déterminer avec exactitude l’origine du trouble qui peut être neuromusculaire, musculaire, central, nerveux périphérique.

Principe de fonctionnement et matériel utilisé

Les muscles sont composés de fibres musculaires et ces fibres sont innervées par une fibre nerveuse. C’est cette fibre nerveuse qui permet la contraction et le relâchement musculaire. Le principe de fonctionnement de l’électromyographie repose sur la stimulation de cette fibre nerveuse qui est responsable de la contraction des muscles.

L’appareil utilisé pour réaliser cet examen est l’électromyographe. Cet appareil est doté d’électrodes autocollantes et de fines aiguilles dont le rôle est d’enregistrer les influx nerveux au niveau des muscles. Une fois recueillies, ces informations sont étudiées puis retranscrites par la machine sous forme d’un tracé.

Déroulement de l’examen

L’électromyographie ne nécessite pas de préparation particulière et dure moins d’une quarantaine de minutes. En fonction du nerf ou du muscle concerné, le patient peut être en position assise ou allongée. Deux techniques peuvent être utilisées pour réaliser cet examen : l’électromyogramme de détection et l’électromyogramme de surface.

L’électromyogramme de détection

L’électromyographie de détection est un examen invasif. Cette technique permet de mesurer la capacité de contraction d’un muscle. Après avoir désinfecté la peau, une fine électrode est introduite à travers la peau jusqu’à atteindre le muscle concerné. Il est à noter que les électrodes des électrographes récents se placent simplement sur la peau. Ensuite, l’appareil enregistre l’activité électrique du muscle d’abord au repos et ensuite pendant une contraction musculaire.

L’électromyogramme de surface

Lorsque le médecin désire analyser la vitesse de conduction d’un nerf ou évaluer la transmission neuromusculaire, le nerf est stimulé par un courant de faible intensité à l’aide d’une électrode. Puis, les autres électrodes autocollantes placées sur la peau enregistrent les réponses musculaires.

Effets indésirables et contre-indications

L’implantation de l’électrode n’est pas douloureuse. Si le patient ressent des douleurs, il faut qu’il le signale au médecin. Quant aux impulsions électriques, elles ne provoquent pas de douleurs.

L’électromyogramme de détection est contre indiqué chez les personnes atteintes de troubles de la coagulation et celles prenant des anticoagulants.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Messages

  • , par MURY

    Bonjour je doit passer un electromygrame je suis très réceptif je peut avoir des effets secondaires sur le plant nerveux mercis

  • , par LEBOS

    Bonjour
    souffrant de douleurs dans le poignet avec engoursdissement des doigts et difficultés a prendre des objets
    pensant au canal carpien j’aiilais voir le medecin , ce dernier me préconisa un enmg , le neurologue lui partit sur un emg - me mettant des bracelet autour dupoignet et du coude et deux points verts au feutre avec une forme de taser me fut appliqué m’envoyant une décharge électrique très pointue et piquante me faisant très mal
    a tel point que ceci insuportable a tenir me contraignit a demander au neurologue la suspension de la consultation se dernier voulant m’administrer un tranquilisant pour pouvoir m’examiner ce que je refusais
    Je ne comprends pas donc car en principe comme le dit ce dernier ce type d ’examen ne fait pas mal le s décharges sont en principes minimes et donc ne font pas mal , si , car ici j’étais comme branchée sur une cloture éléctrique
    donc on verrifie le passage du courant ou prise de chataigne sur un conducteur de batterie de voiture !
    par conséquent pour des personne hypersensibles ou étant déjà tres chargée éléctriquement visiblement notre corps est éléctrique donc tant en fonctionnement cerébral que que contractions et diffusion neuroloigiques et musculaires
    par conséquent je ne sais que faire donc !!! car le probléme lui reste en suspension il me faudra donc attendre que le mal ou si maladie se prononce plus m’envoyant aux urgcenes pour que ceci soit donc visible et pris en charge de soins aucune éléctrode comme pour le coeur permettant de vérifier l’influx nerveux sans pour autant
    secouer le patient avec des micros décharges éléctriques n’’existent pas hélas c’est la qu’est l’os !!!! si j’ose
    autrement d e retour chez moi tout le bras fut e ngourdi a la suite ! comme après la piqure du 3eme vaccin
    avec le moderna dont le bras resta engourdie toute la soirée du jour du vaccin et ensuite se propagea du bras a l’épaule engourdissant le tout sur 48 heures soit le vaccin non supporté soit la piqure !
    ne sachant pas si cette dernière est intramusclaire ou pas selon ceci peut être porteur à problème selon le
    médicament ou traitement donc si pas observé
    j’en ai parlé du vaccin briévement au neuroloque mais ce dernier ne m’a rien dit , m’a établli une ordonnance via les petites résultats de début mettant un déficit de réaction sur le radial et suspectant également un soucis
    probable sur des cervicales apportant un pincement au niveau brachial tout est relatif et donc un scanner est demandé ........ ; je devrais le supporter ! en principe

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.