Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéDiagnosticAnalyses in vitroTest au D-Xylose

Le test au D-Xylose

Test au D-Xylose

Également désigné « épreuve d’absorption du D-Xylose », le test au Xylose aide à dépister des affections touchant le grêle proximal. Cet examen emploie comme marqueur biologique le D-xylose qui est un pentose absorbé principalement par l’appareil intestinal. Après stimulation, le taux de concentration du sucre est recueilli et interprété par le médecin traitant.

Le D-xylose est un sucre aldéhydique ou pentose. Il s’agit d’un ose qui se présente sous forme de poudre cristalline pouvant être dissous dans l’eau. Il possède un goût sucré et dispose de propriétés similaires au glucose.

Il est ingéré en grande partie par le grêle proximal. Près de 70 % du taux du pentose est absorbé par le jéjunum (partie initiale du jéjuno-iléon). Il subit très peu de transformation biochimique dans le corps. Son élimination se fait sous forme inchangée par la voie urinaire. Le D-Xylose intervient majoritairement dans le domaine de la gastro-entérologie.

Le rôle du test

L’examen est prescrit lorsque le patient est atteint de diarrhée chronique dont l’origine n’est pas clairement définie. Il permet plus précisément de tester la capacité d’absorption intestinale dans la région où se trouve le jéjunum et le duodénum. L’analyse permet aussi de distinguer les affections d’origine pancréatique des affections intestinales.

Le déroulement du test

Pour le test, le patient doit rester à jeun pendant 12 heures minimum. Après avoir vidé sa vessie, il boira ensuite une solution contenant 25 g de D-Xylose. Pour les patients de bas âge, la quantité de D-Xylose est calculée en fonction du poids de celui-ci (environ 0,7 g/kg). Cependant, le taux de D-Xylose doit rester inférieur à 25 g. Les mictions produites pendant les 5 prochaines heures seront conservées et utilisées pour les analyses.

Durant le prélèvement de l’urine, le patient est au repos. Pour les analyses de sang, un premier échantillon est prélevé avant l’absorption du D-xylose. Cet échantillon sert de témoin pour la suite des analyses. Un échantillon de sang sera ensuite prélevé à la 2ème heure. Toutefois, il est possible que les examens nécessitent un deuxième prélèvement à la 5ème heure.

Les valeurs de références

Un patient sain doit avoir un taux de D-xylose supérieur à 4,5 g durant l’analyse de l’échantillon urinaire. Au niveau de l’analyse de sang, le taux de D-Xylose doit être supérieur à 200 mg/l chez l’enfant et 300 mg/l chez l’adulte. Ces valeurs usuelles peuvent varier en fonction des laboratoires ou des méthodes d’analyses employées.

Les variations pathologiques

Lorsque l’examen urinaire montre un taux inférieur à 4 g, le grêle proximal peut être atteint. Cette atteinte est similaire aux lésions subies durant une sprue tropicale, une maladie cœliaque ou des stéatorrhées. Une colonisation bactérienne chronique du grêle ou des parasitoses peuvent être découvertes lors du test.

L’examen manque parfois d’objectivité et peut entraîner de faux résultats positifs. De plus, certains facteurs peuvent influencer la qualité des informations recueillies durant les analyses. Il s’agit des vomissements ou des nausées.

Si le médecin soupçonne la présence d’une maladie cœliaque, il est nécessaire de réaliser d’autres analyses comme une biopsie intestinale pour rechercher la présence d’une atrophie villositaire qui est liée à l’affection.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Messages

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.