Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéDiagnosticAnalyses in vitroSérodiagnostic de la syphilis
Sérodiagnostic de la syphilis
Mardi 21 avril 2015

Le sérodiagnostic de la syphilis

Le sérodiagnostic de la syphilis permet le dépistage de la syphilis. Il consiste à chercher, dans le sang du patient, les anticorps spécifiques à cette pathologie. Cet examen permet de déterminer le stade de la maladie, le choix du traitement approprié et facilite le suivi de celui-ci.

La syphilis est une infection bactérienne provoquée par le eponema pallidum, bactérie appartenant à la famille des spirochètes. C’est une maladie sexuellement transmissible, mais peut également se transmettre au cours de la grossesse ou par voie sanguine. Cette maladie évolue en trois grandes phases. Le choix du traitement dépend du stade d’avancement de la maladie.

Les techniques utilisées pour réaliser l’examen

Le sérodiagnostic de la syphilis repose sur l’utilisation de différentes techniques. Les techniques réalisées simultanément sont le VDRL et le TPHA. Le FTA est le plus souvent utilisé en cas de discordance entre les deux techniques précités et dans le but d’avoir un diagnostic plus précis.

Le VDRL (Venereal Disease Research Laboratory)

Ce test est positif environ deux semaines après l’apparition du chancre. Toutefois, ce test n’est pas précis. En effet, il peut être positif en présence d’autres germes. Il peut s’agir par exemple des germes responsables de la varicelle, la tuberculose, les hépatites virales ou la toxoplasmose.

Le TPHA (Treponema Pallidum Haemagglutination Assay)

Ce test est plus précis que le précédent et se positive vers le dixième jour du chancre.

Le FTA (Fluorescent Treponemal Antibody)

C’est le test offrant de meilleurs résultats dans la détection de la syphilis. Il permet un diagnostic plus précoce de la maladie. En effet, il est positif dès le 7e jour après l’apparition du chancre.

Déroulement du prélèvement

Le sérodiagnostic de la syphilis nécessite un prélèvement de sang. Le sang est généralement prélevé dans une veine au pli du coude. Il n’est pas nécessaire d’être à jeun avant le prélèvement et tout traitement par antibiotique doit être signalé au médecin.

Comment sont interprétés les résultats ?

VDRL et TPHA négatifs

Dans ce cas, on peut conclure qu’il n’y a pas de syphilis ou que la contamination est très récente d’où l’absence d’anticorps. Lorsque des doutes persistent, les tests seront refaits trois semaines après et le médecin pourra prescrire la réalisation du FTA en plus.

VDRL et TPHA positifs

Dans ce cas, le taux d’anticorps présents dans le corps reflète le stade d’avancement de la maladie. Lorsque le taux d’anticorps est compris entre 320 et 1280 titres pour le TPHA et entre 2 et 8 titres pour le VDRL, on peut dire que la maladie est au stade primaire. Pour un taux compris entre 10 200 et 655000 pour le test TPHA et un taux d’anticorps compris entre 16 et 2050 pour le VDRL, la syphilis est au stade secondaire. Lorsque le taux est compris entre 1280 et 10200 pour le test TPHA et se situe entre 8 et 32 pour le test VDRL, la syphilis est en phase tertiaire.

A noter que lorsque la syphilis est traitée tardivement les deux tests peuvent être positifs du fait de la présence d’anticorps résiduels.

VDRL négatif et TPHA positif

Ce résultat est souvent le reflet d’une ancienne syphilis ou dans certains cas une syphilis très récente (le 2e type n’est pas encore apparu). Il peut également s’agir d’un faux positif.

VDRL positif et TPHA négatif

Le résultat positif peut être dû à une autre pathologie.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.