Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéDiagnosticAnalyses in vitroVitesse de sédimentation

La vitesse de sédimentation

Vitesse de sédimentation

Encore appelé ESR (Erythrocyte Sedimentation Rate), cet examen est généralement effectué au cours d’un bilan sanguin. La vitesse de sédimentation représente la vitesse qu’il faut aux cellules sanguines pour sédimenter et se déposer au fond d’un tube à essai.

Cet examen est prescrit aux personnes souffrant de fièvre d’origine inconnue, d’arthrite, de douleurs musculaires ou de tout autre symptôme ne permettant pas au médecin d’établir un diagnostic sûr. Il sert également à suivre les patients ayant une maladie auto-immune, inflammatoire, etc.

En quoi consiste cet examen ?

Après prélèvement, le sang est rendu incoagulable puis placé dans un tube à essai. À ce moment, les cellules sont observées durant leur chute libre. L’analyse consiste à calculer la vitesse à laquelle les cellules se déposent au fond du tube à essai.

Cette vitesse dépend de la température, de la viscosité du plasma, de la quantité et du volume des cellules sanguines (globules rouges, plaquettes, protéines, etc.). Ce sont ces différents facteurs qui sont analysés pour suivre l’évolution ou la présence de pathologies.

Le déroulement de l’examen

La vitesse de sédimentation se réalise à l’aide d’un simple prélèvement de sang. L’échantillon est prélevé au niveau d’une veine du pli du coude.

Pour éviter de biaiser les résultats, il est conseillé de venir à jeun le jour du prélèvement. Il est également recommandé de réaliser l’examen en dehors des règles.

Les résultats d’analyses

La vitesse est déterminée en fonction des cellules sédimentées. La mesure est réalisée durant une à deux heures. Néanmoins, de nouvelles techniques permettent d’obtenir des résultats plus rapidement. Elle tient compte de la hauteur du dépôt des cellules en millimètres.

Les nouveaux nés doivent avoir une vitesse de sédimentation située entre 0 et 2 mm/h. Quant aux adolescents, la vitesse de sédimentation doit être comprise entre 3 et 13 mm/h. Après une heure d’observation, le niveau de dépôt de l’échantillon d’un adulte doit se trouver en 3 et 6 mm pour les hommes et 4 et 8 mm pour les femmes. À la deuxième heure, la hauteur du dépôt doit être inférieure à 20 mm. Pour les personnes de plus de 45 ans, la vitesse de sédimentation doit être de moins de 20 mm/h pour les hommes et de 30 mm/h pour les femmes.

L’augmentation de la vitesse de sédimentation peut signifier la présence d’une affection (infectieuse, cancéreuse, inflammatoire, etc.), de troubles de la circulation sanguine (artérite, thrombose) ou d’une insuffisance (cardiaque, rénale…). Diverses pathologies comme l’hypertriglycéridémie, l’hypercholestérolémie ou l’hypergammaglobulinémie affectant les cellules sont également en cause.

En cas de baisse de la vitesse de sédimentation, il peut être question de pathologie héréditaire comme l’hémoglobinopathie ou de pathologies sanguines (hyperviscosités, hyperleucocytoses, cryoglobulinémie, etc.).

L’interprétation des résultats

Certains facteurs sont susceptibles de modifier la vitesse de sédimentation. En effet, une vitesse de sédimentation élevée peut être provoquée par l’âge (+ de 45 ans), l’état physique (grossesse) ou de la concentration des œstrogènes dans l’organisme de l’individu. Par contre, une vitesse de sédimentation basse peut avoir pour origine la prise des médicaments anti-inflammatoires tels que l’aspirine, l’ibuprofène et les corticoïdes.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.