Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sciatique
Mercredi 5 août 2015

Sciatique : causes, symptômes et traitement

Fréquente après la trentaine, la sciatique survient à la suite de traumatismes ou de pathologies de la colonne vertébrale. Ce sont les lésions ou la compression au niveau du nerf sciatique qui entraine des douleurs parfois très vives et même invalidantes. Ce nerf est composé de la réunion de plusieurs racines nerveuses autour du nerf tibial et du fibulaire commun, traverse la colonne vertébrale, descend au niveau de la fesse, puis le long de la face postérieure de la cuisse avant de se diviser en deux branches au niveau de l’arrière du genou. Ce nerf assure principalement la motricité des articulations de la hanche, du genou et de la cheville. Il contrôle également les muscles de la cuisse et de la jambe ainsi que la sensibilité de la peau des membres inférieurs. Lorsque le nerf sciatique est très comprimé ou lésé, la douleur engendrée peut atteindre diverses parties du corps.

Selon la gravité de la compression, la sciatique peut être soignée à l’aide d’un traitement médicamenteux ou grâce à une intervention chirurgicale.

Causes

La sciatique peut survenir après un effort excessif, après avoir soulevé une charge trop lourde ou un traumatisme. Les douleurs le long du trajet du nerf sciatique peuvent avoir pour origine des pathologies de la colonne vertébrale. Il peut s’agir de tumeurs osseuses, des fractures vertébrales ou des affections du canal rachidien.

Symptômes d’une sciatique

La douleur se localise au niveau des lombaires, irradie au niveau de la fesse et descend le long de la face postérieure de la cuisse, du genou et de la jambe. La douleur peut être associée à des troubles sensitifs et parfois moteurs. Le patient peut ressentir des fourmillements. Elle devient intense pendant l’effort, dans la position debout ou lorsque l’individu tousse.

Traitement

Selon les spécialistes, pour les sciatiques sans signes de troubles moteurs, le traitement est essentiellement médicamenteux pour soulager les douleurs. Il sera prescrit une association d’antidouleurs et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens. Le repos est aussi conseillé.

Si les douleurs persistent, le médecin peut prescrire des antidouleurs plus puissants, des infiltrations de corticoïdes par voie locale ou des myorelaxants. Des séances de kinésithérapie peuvent aussi aider à réduire les douleurs.

Pour les cas sévères, une intervention chirurgicale sera nécessaire pour libérer les racines nerveuses.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.