Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéPathologieMaladies des os et articulationsSpondylarthrite ankylosante
Spondylarthrite ankylosante
Mercredi 5 août 2015

Spondylarthrite ankylosante : causes, symptômes et traitements

La spondylarthrite ankylosante est une pathologie rhumatismale atteignant la colonne vertébrale et le bas du dos. Cette affection chronique et évolutive peut entrainer à long terme une rigidité de la colonne vertébrale. Même s’il n’existe pas de traitement curatif, il est possible de ralentir l’évolution de la maladie.

La spondylarthrite ankylosante est un type de rhumatisme inflammatoire appartenant à la famille des spondylarthropathies. Bien que son origine soit méconnue, elle doit être traitée de manière précoce pour éviter l’ankylose (rigidité irréversible de la colonne vertébrale).

Causes et symptômes

Les catégories de personnes les plus touchées par cette maladie sont les hommes dont l’âge est compris entre 15 et 40 ans. Selon les études divers facteurs génétiques et environnementaux concourent à l’apparition de cette pathologie. En effet, cette pathologie survient chez les personnes possédant le gène HLA-B27. En plus de la présence de ce gène particulier, certaines bactéries responsables d’infections génitales ou digestives pourraient déclencher la maladie.

La maladie se manifeste par des douleurs au niveau de la colonne vertébrale. Ces douleurs s’intensifient au coucher durant la nuit. Le dos devient raide et perd de sa flexibilité. La personne atteinte par la spondylarthrite ankylosante peut ressentir des douleurs au niveau de la cheville, du talon ou du genou.

Le patient peut ressentir de la fatigue, une perte de poids et d’appétit ainsi que des troubles intestinaux. Il présente une posture voutée avec des douleurs lors des mouvements du dos qui sont souvent limités.

Traitements

Il n’existe pas de traitement allopathique pour guérir de la spondylarthrite ankylosante. Le traitement préconisé est essentiellement symptomatique. Le médecin administre le plus souvent des anti-inflammatoires non stéroïdiens pour calmer les douleurs et l’inflammation.

Lorsque les anti-inflammatoires ne donnent pas le résultat escompté et que le risque d’ankylose est élevé, un traitement dit de fond est mis en place. Ce traitement fait appel à des agents actifs anti-TNF alpha comme l’infliximab et l’étanercept qui donnent de bons résultats.

Il est aussi recommandé de suivre des séances de physiothérapie pour aider à maintenir une bonne posture et réduire les douleurs.

En adoptant certaines habitudes, il est possible d’atténuer les symptômes de cette pathologie. Il est conseillé d’éviter le port de charges trop lourdes. Il faut aussi également surveiller son indice de masse corporelle, car le surpoids accentue les douleurs au niveau des articulations. Il est également suggéré de pratiquer une activité physique comme la natation ainsi que des exercices de relaxation.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.