Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéDiagnosticAnalyses in vitroDosage de l’activité rénine plasmatique
Dosage de l'activité rénine plasmatique

Le dosage de l’activité rénine plasmatique

Le dosage de l'activité rénine plasmatique (ARP) donne des informations sur le système rénine-angiotensine. Il s'agit d'un système hormonal situé dans les reins qui permettent de réguler la tension artérielle. La mesure de ce régulateur permet de déterminer certaines affections et d'en découvrir la cause.

Le système rénine-angiotensine est l’un des régulateurs de la pression artérielle les plus importants. L’appareil justaglomérulaire rénal est l’organe qui produit la rénine. Cette enzyme est synthétisée lorsqu’il y a une baisse de pression de perfusion de l’artère glomérulaire. La rénine intervient dans la transformation biochimique de l’angiotensinogène en angiotensine I.

L’objectif de l’examen

L’examen permet d’obtenir des données sur une hypertension artérielle et sur sa cause en mesure le taux d’ARP. Ce dosage permet également d’avoir des informations sur certains dysfonctionnements des glandes surrénales tels que l’hyperaldostéronsime primaire et secondaire. En effet, il aide à faire la différence entre ces deux affections. La méthode radio-immunologique permet d’estimer l’ARP en mesurant le volume d’angiotensinogène et d’angiotensine I. La méthode peut servir à quantifier directement les rénines actives.

Le prélèvement de l’échantillon

Le dosage de l’ARP ne se fait qu’après un mois (4 semaines) suivant l’injection intraveineuse d’isotopes radioactifs. Le patient doit suivre également certaines mesures pour ne pas fausser les données qui seront récoltées.

Les préparatifs avant le prélèvement

Environ 2 semaines avant le prélèvement, il est conseillé au patient d’éviter la prise de certains médicaments pouvant affecter la production de rénine angiotensine. Il peut être question des antihypertenseurs, des bêtabloquants, certains diurétiques ou d’autres antagonistes de l’angiotensine II. D’autres types de traitements doivent être stoppés beaucoup plus tôt (6 semaines avant l’examen). Il s’agit principalement du traitement à la spironolactone (diurétique antagoniste de l’aldostérone). Par contre, les traitements anticalciques et alpha bloquant peuvent être poursuivis par le patient.

Le patient doit suivre un traitement normosodé les 5 derniers jours avant la prise de sang. Le jour du prélèvement, le patient devra être à jeun.

La prise de sang

La prise de sang peut se faire debout ou couchée. En effet, la position du patient a un impact sur les données récoltées. En général, la position est déterminée à l’avance par le médecin traitant. Dès l’arrivée du patient dans les locaux, le personnel médical se charge de poser un cathéter au patient. Ceci dans le but de réduire le stress du patient durant la ponction.

  • Le prélèvement en position couchée

Lorsqu’on réalise un examen en position couchée, le patient doit rester allongé pendant trente à soixante minutes. Une fois que le patient ne montre aucun signe de stress, le sang peut être prélevé.

  • Le prélèvement debout

Pour ce type de prélèvement, le patient doit effectuer une marche pendant au moins 30 min. Dès que le délai est écoulé, l’échantillon de sang est prélevé rapidement.

L’interprétation des résultats

Chez les patients montrant une activité rénine plasmatique normale, le taux se situe en dessous de 20 pg/ml en position couchée. Un prélèvement en position debout doit dévoiler un taux se trouvant entre 5 à 40 pg/ml.

Une réduction du taux d’ARP signifie dans certains cas la présence d’une hypertension artérielle secondaire due à une production excessive de l’aldostérone. Cette hyperaldostéronis peut apparaître lorsqu’il y a rétention de sel dans l’organisme. En cas d’augmentation du taux d’ARP, il est possible que le patient soit atteint d’une hypertension causée par un dysfonctionnement des reins, d’insuffisance cardiaque, ou de manque de sel.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com, téléphone:+225 47 36 37 67

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.