Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéRecherchesPénicilline
Pénicilline
Samedi 2 mai 2015

La pénicilline, pour traiter des infections jadis mortelles

La pénicilline est une substance qui a grandement contribué à l’amélioration de l’état de santé de la population, en facilitant le traitement des infections considérées jusque-là mortelles. Elle marqua un progrès important dans l’histoire de la médecine. Cette molécule a été identifiée pour la première en 1928 par le médecin et bactériologiste britannique, Alexander Fleming (1881-1955). C’est lui qui appela ‘’Pénicilline’’ cette substance sécrétée par le Penicillium notatum et qui inhibe la croissance bactérienne. En vue de permettre les premiers essais thérapeutiques et l’usage clinique, elle a été isolée, plus tard, en 1938 par le biochimiste britannique d’origine allemande, Ernest Boris Chain (1906-1979) et le pathologiste australien Howard Walter Florey (1898 – 1968). En 1945, ces trois scientifiques (Fleming, Florey et Chain) reçoivent le prix Nobel de Médecine.

L’application thérapeutique de la pénicilline a révolutionné la médecine et a permis de sauver des millions de vie humaine.

Histoire de la découverte de la pénicilline

Le 3 septembre 1928, le Dr Alexander Fleming, professeur de bactériologie, revient des vacances et retrouve son laboratoire londonien à l’hôpital de St Mary. Il constate qu’une culture de staphylocoques qu’il avait laissée par négligence sur une paillasse de son laboratoire, a été détruite par des souches d’un champignon qui appartient à la famille du Penicillium notatum. La progression des staphylocoques, a été stoppée. Il conclut alors que le Penicillium secrète une substance antimicrobienne qu’il baptisa la pénicilline.

Ainsi, il mit en évidence l’action bactériostatique de la pénicilline et découvrit, après une série d’expérimentation, son efficacité contre les streptocoques, les pneumocoques, le bacille de la diphtérie et de la syphilis.

Les travaux du Dr Alexander Fleming sur la pénicilline ont profondément révolutionné la pratique médicale et chirurgicale en cas d’infections et favorisé le développement du traitement des pathologies infectieuses.

Exploitation thérapeutique de la pénicilline

En 1938, les travaux du Dr Alexander Fleming sur la pénicilline, sont poursuivis au laboratoire de pathologie de l’université d’Oxford par le pathologiste Howard Florey et le biochimiste Ernst Chain. Ils parviennent à isoler une faible quantité de pénicilline relativement pure en vue d’effectuer les premiers essais sur l’homme.

En 1941, un patient souffrant d’une septicémie, une infection généralisée accompagnée d’une fièvre, bénéficie d’une première injection de pénicilline. Son état s’améliore. Mais, la faible quantité de pénicilline disponible, s’épuise. Ce patient ne pouvant plus bénéficier des injections de pénicilline, meurt.

Au cours de cette année, en juin 1941, Florey embarque pour les Etats-Unis où il bénéficie d’une assistance technique et financière en vue de procéder à une préparation industrielle et à une production à grande échelle de la pénicilline.
Ainsi, la pénicilline sera mise à profit pour des essais sur un grand nombre de personnes et pour la guérison des patients affectés par des pathologies microbiennes et des infections.

Indications thérapeutiques

La pénicilline est un bactéricide qui bloque la synthèse de la paroi bactérienne. Aujourd’hui, il existe plusieurs groupes de pénicillines avec un spectre d’activités et des indications bien spécifiques.

La pénicilline du groupe A (aminopénicilline) est administrable par voie orale ou parentérale. Elle active sur les streptocoques, les entérocoques et les entérobactéries.

Les pénicillines du groupe G et V sont respectivement administrables par voie parentérale et orale. Elles sont indiquées en présence des streptocoques, des entérocoques, des méningocoques, des clostridies, des leptospires, des fusobactéries.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.