Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéPathologiePsychopathologieUrophagie

Urophagie, consommer son urine

Urophagie

Dérivé des termes grecs ‘’oûron’’ (urine) et ‘’phagein’’ (manger), l’urophagie est l’acte de boire l’urine, un liquide organique secrété par les reins, séjournant dans la vessie avant d’être évacué par l’urètre. Les raisons pour lesquelles l’urine se retrouve dans la bouche, sont diverses. En effet, l’ingestion de l’urine s’inscrit, parfois, à des fins thérapeutiques, dans le cadre de certaines pratiques sexuelles ou d’une tentative de survie.

L’urophagie à des fins thérapeutiques

L’urophagie est utilisée à des fins thérapeutiques dans diverses médecines traditionnelles en Inde, en Chine, au Tibet et dans bien d’autres pays en Amérique du Nord et du Sud. Dans la culture occidentale, les partisans de la consommation de l’urine dans le but d’entretenir la santé et pour soigner diverses maladies ne cessent de vanter les bienfaits de l’urinothérapie ou la thérapie par l’urine.

Ainsi, l’urine est absorbée le matin à jeun ou plusieurs fois dans la journée. Elle est même absorbée pour effectuer des gargarismes, des bains de bouche ou comme une boisson médicale. Cette manière de se soigner, en buvant l’urine, n’est pas approuvée dans le milieu médical, faute de preuves scientifiques relatives aux vertus de l’urine. Elle est même déconseillée compte tenu des risques liés à l’ingestion de l’urine qui peut être contaminée par des bactéries ou qui contient de l’urée, une substance toxique pour l’organisme. Des risques accrus d’intoxication ne sont pas à écarter.

L’urophagie comme aberration alimentaire

L’urophagie ou le fait de boire l’urine est considérée comme étant un trouble du comportement alimentaire. Un trouble qui pousse le sujet a absorbé une substance non comestible ou non nutritive. Il est associé à des envies d’ingérer l’urine. Ainsi, l’urophagie est qualifiée de comportement alimentaire anormal lorsque la consommation de l’urine n’est pas une pratique acceptée dans une communauté ou une culture.

Ainsi, l’urophagie peut se manifester chez les enfants en bas âges, mais peut également affecter les adolescents ou les adultes. Elle peut être associée à un trouble psychologique ou affectif. Aussi, l’urophagie peut provoquer des problèmes de santé plus ou moins graves.

L’urophagie dans une perspective de survie

Dans le dessert, en situation extrême et en cas de soif intense, certains sujets ont utilisé leur urine comme source d’eau. Ce liquide organique a été utilisé en remplacement de l’eau pour apaiser la soif ou pour survivre dans des conditions difficiles ou dans des endroits caractérisés par l’absence de source d’eau. L’urophagie est utilisée dans une perspective de survie pour éviter la déshydratation. Cette pratique comporte de nombreux risques. Elle ne réhydrate pas, surtout lorsque le sujet est déshydraté, pire, elle ne fait qu’induire une déshydratation accrue.

En effet, lorsque le sujet est déshydraté, la concentration de sels, de minéraux et de toxiques, est particulièrement forte. La forte concentration de ces substances, déshydrate davantage lorsque l’urine est absorbée. Ainsi, il est fortement déconseillé de boire l’urine en cas de déshydratation.

Urophagie dans le cadre d’une pratique sexuelle

L’urophilie est une forme de paraphilie ou de pratique sexuelle liée à l’urine ou caractérisée par une attirance pour l’urine ou la miction. Le plaisir sexuel est associé à la vue ou au fait de penser à l’urine ou à la miction.

Ainsi, le sujet urophile éprouve un plaisir lorsqu’on urine sur lui ou lorsqu’il urine sur une autre personne. Il peut même se baigner dans l’urine. Au cours de cette pratique sexuelle, certains urophiles boivent l’urine, soit leur propre urine ou celle d’une autre personne. Cette urophagie est considéré comme étant une perversion ou une déviance sexuelle.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.