Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéPathologiePsychopathologieTrouble bipolaire ou maladie dépressive bipolaire
Trouble bipolaire ou maladie dépressive bipolaire
Lundi 4 mai 2015

Trouble bipolaire : symptômes, causes et traitement

Initialement dénommé psychose maniaco-dépressive, le trouble bipolaire est un dysfonctionnement mental caractérisé par des dérèglements de l’humeur, qui se manifestent par des sautes d’humeur extrêmes. Cet état pathologie entraîne des changements inhabituels de l’humeur d’intensité variable, marqués par une alternance d’état maniaque (exaltation de l’humeur) et d’état dépressif (baisse de l’humeur) entrecoupés par des périodes d’accalmie. L’humeur varie, considérablement avec des hauts et des bas et des répercussions au niveau de la pensée, du comportement et des modes d’action du sujet maniaco-dépressif.

Cette pathologie psychiatrique, également appelée maladie affective bipolaire qui a pour risque majeur le suicide lors de la phase dépressive sévère, peut être traitée par le biais d’une prise en charge pharmacologique et / ou psychothérapeutique.

Les symptômes

Les symptômes du trouble bipolaire sont caractérisés par des états émotionnels intenses qui se manifestent au cours de la phase dite maniaque ou lors des épisodes dépressifs.

En phase de manie

Cette phase est dominée par un état euphorique ou de surexcitation. Le sujet est très heureux ou joyeux de façon exagérée, il manifeste une jovialité ludique. Parfois, un sentiment de toute-puissance ou d’invincibilité et des moments d’irritabilité, s’installent. Ces accès maniaques comportent, également un état d’excitation psychique, marqué une incontinence verbale, une accélération de la pensée.

L’état d’agitation se manifeste par une hyperactivité psychomotrice permanente au cours de laquelle, le sujet se lève brutalement ou déambule. Il agit imprudemment sans penser aux conséquences. Il est très distrait et incapable de se concentrer. Avec cet état d’excitation intense, le besoin de sommeil est réduit.

Lorsque ces symptômes sont de moindre intensité, il s’agit alors d’une hypomanie qui est une forme de manie modérée.

En phase dépressive

La phase dépressive est dominée par un état extrêmement triste ou désespéré. Le sujet est envahi par des sentiments de désespoir, de dévalorisation ou de culpabilité. La perte d’intérêt ou de plaisir pour les activités habituelles, se manifeste avec un ralentissement psychomoteur ou des sensations de fatigue, une paresse physique et mentale.

Des troubles de l’appétit avec perte ou gain de poids et des problèmes de concentration, complètent également le tableau clinique.
Des idées de mort sont également récurrentes ainsi que les pensées suicidaires ou des tentatives de suicide, au cours de cette phase dépressive.

Parfois, l’humeur du sujet est caractérisée par des symptômes de manie et de dépression, il s’agit alors d’un état mixte.

Les causes

Les facteurs à l’origine du trouble bipolaire peuvent être essentiellement d’ordre organique et psychologique.
Au niveau organique, l’utilisation abusive des drogues ou des stimulants, peut générer des perturbations neurobiologiques et rendre certains sujets biologiquement vulnérables au trouble bipolaire. Des anomalies chimiques au niveau des neurotransmetteurs, des anomalies cérébrales jouent, sont également incriminées.

Sur le plan psychologique, un niveau élevé de stress peut être un facteur déclencheur. La perte d’un être cher, un choc émotionnel et des expériences traumatisantes, peuvent jouer un rôle majeur dans l’apparition d’une psychose maniaque dépressive

Le traitement

Les médicaments couramment utilisés dans le cadre de la prise en charge médicale sont les stabilisateurs de l’humeur. Le lithium, les antipsychotiques atypiques, les anticonvulsivants, les antidépresseurs sont également efficaces en vue de stabiliser l’humeur et de traiter le trouble de l’humeur.

La psychothérapie, en combinaison avec les médicaments, s’avère également bénéfique en vue de traiter le trouble bipolaire et de limiter les rechutes. Elle permet de réduire l’expression des émotions négatives, notamment par le biais de la thérapie cognitivo-comportementale. Grace à cette thérapie, le sujet apprend à identifier les idées malsaines et à les remplacer par des pensées positives, à modifier ses pensées, ses habitudes et comportements nocifs ou négatifs.

En dehors de ces stratégies thérapeutiques, pour stabiliser son humeur, le sujet doit éviter les situations de stress élevé. Il doit avoir un sommeil régulier, pratiquer des techniques de relaxation, notamment la respiration profonde. Il est, également important d’éviter la consommation des drogues. Par ailleurs, il doit pratiquer régulièrement des exercices physiques.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.