Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéPathologiePsychopathologieGooberphagie

Gooberphagie, la consommation obsessionnelle de cacahuètes

Gooberphagie

Le vocable gooberphagie est constitué d’un mot anglais et d’une racine grecque. En anglais, ‘’goober’’ signifie cacahuète, c’est-à-dire la graine d’arachide, une plante appartenant à la famille des légumineuses. La graine de l’arachide est consommée crue ou, très souvent, grillée et salée. Le suffixe ‘’phagie’’ dérive du mot grec ‘’phagein’’ qui fait allusion à l’action de manger. Littéralement, la gooberphagie est le fait de manger des cacahuètes. Mais dans la pratique, ce mot est utilisé pour désigner la consommation pathologique des cacahuètes. Ce trouble qui peut avoir des causes affectives ou psychologiques est associé à une diversité de risques au niveau de la santé.

Comment la gooberphagie se manifeste-t-elle ?

Les personnes affectées par la gooberphagie craquent pour un type particulier d’aliment, la cacahuète. Ils perdent le contrôle sur leurs comportements et se sentent impuissants face à l’envie de manger des cacahuètes. Ils consomment, alors, beaucoup de cacahuètes, en très grande quantité, parfois sans sensation de faim, ni rassasiement avec un sentiment d’urgence et de perte de contrôle. Il mange rapidement beaucoup de cacahuètes.

La gooberphagie est, donc, caractérisée par une envie irrésistible de manger des cacahuètes, de façon incontrôlée. Cette envie irrésistible va entraîner une consommation importante ou une surconsommation des cacahuètes.

Pourquoi avons-nous une gooberphagie ?

Certaines personnes, tentées par l’envie de manger des cacahuètes, ne parviennent pas à surmonter cette envie. Elles mangent les cacahuètes pour calmer cette envie. Elles éprouvent, ainsi, des difficultés pour contrôler leurs impulsions.

La gooberphagie peut être le résultat d’une difficulté existentielle. La consommation en quantité excessive des cacahuètes, se manifestant pour cacher ou gérer des émotions. Elle survient pour combler un vide émotionnel ressenti à l’intérieur ou pour faire face aux tensions et aux difficultés quotidiennes dans la vie.

La gooberphagie peut être motivée par des facteurs déclenchants tels que le stress, l’ennui, la contrariété, la tristesse, la contrariété, la frustration. Elle s’installe à la suite d’une émotion négative ou d’un mal-être. La consommation des cacahuètes procure alors une sécurité, un bien-être ou un confort face à une situation de la vie. Ainsi, en cas de solitude ou de manque affectif, une gooberphagie peut se manifester.

Effets secondaires d’une consommation excessive de cacahuètes

Les cacahuètes sont une source de protéines végétales. Elles sont bénéfiques pour la santé, car elles contiennent des nutriments essentiels, comme les vitamines et minéraux, des antioxydants, des acides gras essentiels, etc. Mais, la consommation pathologique des cacahuètes peut entraîner des conséquences néfastes sur la santé physique.

Les cacahuètes sont des allergènes alimentaires susceptibles de provoquer des réactions allergiques. Elles peuvent être contaminées par une moisissure qui produit une toxine cancérigène appelée aflatoxine. Elles sont caractérisées par un taux élevé de graisses saturées qui, à la suite d’une consommation excessive, peuvent induire des problèmes cardiaques, digestifs, une élévation de pression artérielle. C’est pourquoi, il est conseillé de consommer les cacahuètes avec modération.

Comment s’en sortir ?

Pour surmonter la gooberphagie au quotidien, il faut pourvoir contrôler son alimentation et ne pas amener des cacahuètes partout où vous allez ou ne pas les avoir à portée de main.

Ayez,également la force de refuser de céder à la tentation ou à cette envie de manger des cacahuètes, puis cessez de vous approvisionner en cacahuètes, en lieu et place, il faudra préférer des fruits, des légumes ou des aliments rassasiants.

Si la gooberphagie est motivée par une situation émotionnelle ou devient inquiétante, mieux vaut solliciter une aide, notamment celle d’un psychothérapeute.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.