Etre en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéPathologiePsychopathologieAviophobie ou aérodromophobie
Aviophobie ou aérodromophobie
Mardi 5 mai 2015

L’aviophobie, la peur de prendre l’avion

L’aviophobie ou aérodromophobie est la peur de voyager en avion et dans bien d’autres appareils volants (hélicoptère, aéronef). Il s’agit d’un trouble anxieux qui se manifeste par une peur permanente et excessive chez les sujets qui redoutent le voyage à bord d’un moyen de transport aérien. De multiples causes, notamment la crainte d’un crash et l’agoraphobie, peuvent être à l’origine de cette peur morbide qui se manifeste par divers symptômes de divers degrés (allant d’un léger inconfort à une attaque de panique). Des solutions et des traitements adaptés permettent de vaincre cette peur.

L’avion est un appareil volant qui permet de parcourir de grandes distances. Ce moyen de déplacement rapide et commode, est fortement apprécié par certains voyageurs. Pour d’autres, voyager dans un avion ou même l’idée de prendre un avion, suscite des craintes. Pour ces derniers, le vol en avion est une expérience désagréable, voire angoissante. Elles sont victimes d’un trouble dénommé l’aviophobie.

Symptômes

Les manifestations de l’aviophobie peuvent survenir lors de la montée dans l’avion, au cours du décollage ou de l’atterrissage. Aussi, l’idée de prendre un avion peut susciter des réactions de crainte chez des patients dès la réservation du billet d’avion ou des heures, voire des jours, avant l’embarquement.

Ainsi, avant le départ, ils se sentent mal à l’aise. Dans l’avion, ils se sont paniqués et paralysés et ont peur de mourir. Particulièrement préoccupés par les bruits avec la peur des turbulences ou des conditions météorologiques, ils deviennent irritables et agressifs. Assis ou inactif pendant de longues heures, ils sont tendus ou affectés par des tremblements ou une transpiration.

Avec la phobie de l’avion, les sujets éprouvent des difficultés respiratoires, des palpitations cardiaques, des sensations vertigineuses ou des acouphènes. L’envie de pleurer, l’hyperventilation, les nausées, le stress, sont également d’autres symptômes de l’aviophobie.
Ces plaines physiques sont caractérisées par des étourdissements, des sueurs froides, des problèmes gastro-intestinaux, une raideur musculaire, une accélération du rythme cardiaque, des maux de tête.

L’anxiété, la nervosité, le stress, la détresse, sont des manifestations psychologiques liées à l’aviophobie.

Certains sujets peuvent manifester les signes d’une attaque de panique (des frissons, des sensations d’épanouissement, des palpitations, des sensations d’étouffement), d’autres par contre, peuvent adopter des mesures extrêmes visant à éviter l’avion ou le voyage en avion (comportement d’évitement).

Causes

L’aviophobie peut être liée à d’autres phobies qui ne sont directement en relation avec l’avion. Il s’agit notamment de la peur des hauteurs (acrophobie), la peur d’être dans un endroit clos (claustrophobie), la peur d’être sur l’eau, etc. La peur de l’inconnu pour les personnes qui n’ont jamais pris l’avion, peut être un facteur déclencheur.

La crainte d’être victime d’un accident d’avion, d’un crash, d’un acte terroriste, d’un détournement d’avion, constitue également un facteur qui peut être à l’origine de cette phobie de l’avion. L’aviophobe redoute, ainsi, l’éventualité d’un attentat. Aussi, la médiatisation des crashs aériens et les mauvais souvenirs de vol, sont susceptibles d’installer et de développer la peur de l’avion.

Certaines expériences négatives peuvent favoriser le développement de l’aérodromophobie, emballer l’imagination et laisser entrevoir des situations catastrophiques, notamment l’expérience subjective d’un voyage précédant, marquée par de violentes turbulences, un atterrissage d’urgence.

Traitement

La relaxation constitue une solution pratique qui peut aider le sujet victime d’une aviophobie. Les exercices de relaxation constituent un remède contre le stress instantané et permettent au sujet d’être moins anxieux. Des respirations profondes et lentes en vue d’introduire plus d’oxygène dans l’organisme ainsi que la répétition d’une inspiration lente par le nez et une expiration douce permettant de libérer l’air des poumons, facilitent la gestion de l’anxiété. Aussi, pour gérer cette anxiété, il convient de limiter ou d’éviter la consommation des excitants (café, thé, alcool) avant le vol.

Des mesures éducatives constituent des moyens pour surmonter l’aviophobie. En effet, une meilleure connaissance de l’avion permet au sujet d’être moins craintif. Des instructions relatives au fonctionnement et au pilotage de l’avion, concernant les réalités de vol et les situations rencontrées lors des vols (les turbulences), permettent d’atténuer les angoisses ou tout au moins, de ne pas les exacerber. Dans cette perspective, les stages et les séminaires organisés par des compagnies aériennes à destination des aviophobes sont bénéfiques en vue de surmonter cette crainte des avions.

La psychothérapie est particulièrement en présence de l’aviophobie. Elle constitue une aide précieuse dans le but d’apprendre la maîtrise de la peur et de savoir comment faire face à la phobie de l’avion et aux symptômes d’une manière différente. Dans cette perspective, la thérapie cognitivo-comportementale est bien utile. Elle permet de découvrir, comprendre et de modifier les pensées qui induisent la peur de l’avion, puis, d’apprendre au sujet à créer des résultats différents, notamment des pensées et des comportements différents.

Dans le cadre du traitement pharmacologique, des antidépresseurs ou des anxiolytiques sont administrés pour aider les sujets affectés par l’aviophobie. Ces médicaments permettent de minimiser les symptômes liés à l’anxiété.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.