Être en bonne santé, c’est une grâce de Dieu !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéPsychologieGénérauxTrichophagie

Trichophagie : manger poils et cheveux par obsession

Trichophagie

La trichophagie dérive de deux mots grecs : ‘’tricha’’ (cheveux) et ‘’phagein’’ (manger). Ce comportement oral compulsif consiste à manger les cheveux du cuir chevelu, mais également les poils du nez ainsi que les sourcils, les cils. La trichophagie parfois liée à un stress important peut avoir des conséquences nuisibles au niveau de la santé avec des répercussions sociales ainsi que des complications médicales qui peuvent être mortelles.

Les manifestations de la trichophagie

Les cheveux sont des poils qui poussent ou qui sont implantés au niveau du cuir chevelu. Certaines personnes éprouvent une envie irrésistible de les manger. La trichophagie se manifeste par la consommation compulsive des cheveux.

Le sujet affecté par ce trouble mange, mastique, avale leurs propres cheveux ou ceux des autres ainsi que les poils localisés dans bien d’autres régions du corps, notamment, les cils, les sourcils ou les vibrisses (les poils à l’intérieur des narines). Face à ce besoin irrépressible d’avaler les cheveux, il peut s’arracher les cheveux, les peigner ou les brosser avant de les ingurgiter. Il mange ses propres cheveux ou ceux d’autrui qui peuvent être entre les dents d’un peigne ou sur les brosses à cheveux.

La trichophagie peut être associée à une perte de cheveux ou une absence de pilosité dans certaines zones de la tête ou dans certaines régions du corps. Une calvitie ou une alopécie plus ou moins précoce peut être manifeste. Elle peut être, également, associée à une trichotillomanie, un comportement répétitif qui consiste à s’arracher les cheveux.

Les causes de la trichophagie

Plusieurs facteurs, d’ordre émotionnel, peuvent être à l’origine d’une trichophagie. Ce trouble est fréquent chez les sujets confrontés à un stress important ou à une angoisse massive. Plongé dans une solitude ou face à une situation de dépression, d’ennui ou de deuil, il va ingurgiter des cheveux pour apaiser un mal-être ou pour se rassurer. Le sujet ne parvient pas à réprimer ou à contrôler cette pulsion qui le pousse à manger les cheveux.

Les conséquences

Des carences en vitamines et en sels minéraux, une anémie, une diarrhée, des pathologies de la gencive et une perte de poids, peuvent être consécutives à une trichophagie. L’ingestion des cheveux peut induire une accumulation de poils dans le tractus gastro-intestinal, avec des conséquences plus ou moins graves, entres autres, une indigestion, des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements ou même la constipation.

La présence inhabituelle d’une accumulation de poils formant une boule ou une masse solide au niveau de l’estomac ou de l’intestin, est appelée la trichobézoard gastroduodénale. Cette boule logée dans l’estomac ou obstruant la voie intestinale peut nécessiter une intervention chirurgicale afin d’éviter des complications potentiellement mortelles.

Comment traiter la trichophagie

Pour traiter la trichophagie, il faut s’attaquer aux problèmes sous-jacents qui favorisent le déclenchement de ce comportement alimentaire anormal. Dans cette perspective, diverses approches psychothérapeutiques s’avèrent efficaces pour soigner la trichophagie, en l’occurrence, la thérapie cognitivo-comportementale ou la psychothérapie de soutien et/ ou d’analyse.

Aussi, les effets néfastes de la trichophagie, avec notamment, l’apparition de la trichobézoard gastroduodénale, peuvent nécessiter un traitement médicamenteux ou une intervention chirurgicale.

Directeur de publication: Julien Eymard A, email:contact@saintesante.com

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.