Être en bonne santé, c’est une grâce !

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesAménorrhée et homéopathie
Aménorrhée et homéopathie
Lundi 6 juin 2016

Soigner l’aménorrhée par l’homéopathie

L’aménorrhée est l’absence de flux menstruel ou de règles chez une femme en âge de procréer. Elle est dite primaire lorsqu’il s’agit d’une absence de menstruation chez une adolescente généralement âgée de plus de 16 ans. Quant à l’aménorrhée secondaire, elle désigne l’absence de menstruation depuis plus de 3 mois chez une femme antérieurement réglée. Il s’agit d’une cessation des règles habituelles. Au cours de la grossesse, avant la puberté, pendant l’allaitement et après la ménopause, l’aménorrhée est dite physiologique.

Le symptôme principal de l’aménorrhée est l’absence de saignement menstruel. Il s’agit d’une non-apparition des règles malgré le développement des caractères sexuels secondaires chez une fille âgée de plus de 16 ans. Chez une femme qui a déjà été menstruée, elle se manifeste par une absence de règles pendant au moins 3 mois consécutif. En fonction de la cause à l’origine de l’aménorrhée, il est possible de constater d’autres symptômes tels que des douleurs pelviennes, des troubles de la vision, des maux de têtes.

Divers facteurs peuvent être à l’origine d’une aménorrhée. L’aménorrhée primaire peut résulter d’un retard pubertaire, d’une malformation des organes de l’appareil génital féminin (utérus, vagin). L’aménorrhée secondaire peut avoir pour origine, la prise de certains contraceptifs ou des médicaments tels que les antipsychotiques, les antidépresseurs, les corticoïdes oraux, la chimiothérapie anticancéreuse. L’arrêt de la prise des pilules anticonceptionnelles peut provoquer une aménorrhée. L’ovulation et les menstruations peuvent cesser à la suite d’un déséquilibre hormonal consécutif à un dysfonctionnement de la thyroïde (hyperthyroïdie, hypothyroïdie), d’une tumeur de l’hypophyse. L’absence de flux menstruel peut également provenir d’un faible poids corporel, d’un gain excessif de poids, d’un stress mental prolongé, d’une activité physique ou sportive intense et d’une malnutrition.

Traitements homéopathiques de l’aménorrhée

La cessation des règles qui intervient chez une fille à la suite d’un stress, constitue une indication liée à la prescription de Natrum muriaticum 30 CH, à raison de 5 granules au cours de la journée.

Aussi, une prise hebdomadaire de Natrum muriaticum (9-15 CH) est bien indiquée en présence d’une aménorrhée primaire ou lorsque les premières règles tardent chez la jeune fille.

Lorsque la puberté est tardive et que les premières règles tardent également, Pulsatilla peut être également administré.

Pour traiter une aménorrhée qui survint à la suite d’un choc émotionnel, Platina 15 CH s’avère particulièrement efficace, à raison d’une dose au coucher. 3 granules d’Ignatia amara 15 CH, une fois par jour, peuvent être administrés à une femme affectée par une aménorrhée à la suite d’un deuil, d’un chagrin, d’une contrariété ou d’une émotion forte.

Lorsqu’une cessation du flux menstruel habituel surgit après une fièvre, il convient de prendre 3 granules d’Actaea racemosa, une fois par jour.

Une grosse frayeur peut également provoquer une aménorrhée, dans ce cas, la patiente peut avoir à recours à la dilution 9 CH de Gelsemium sempervirens, à raison de 5 granules, 3 fois par jour.

Quand consulter un médecin ?

Il est préférable de consulter un médecin en présence d’une absence de règles chez une fille âgée de plus de 15 ans ou chez une femme déjà réglée afin d’identifier la véritable cause et d’adapter le traitement. Aussi, une aménorrhée de longue date est un motif de consultation médicale ou requiert un test dans un laboratoire. Une absence de règles, associée à une douleur au niveau de bas-ventre devrait pousser la patiente à consulter urgemment un gynécologue.


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.