Être en bonne santé, c’est une grâce !

Le contenu de notre site est fourni à titre informatif. Il ne peut pas servir de prescription, ni remplacer un avis médical.
Veuillez consulter votre médecin ou tout autre professionnel de la santé en priorité.

Sainte SantéHoméopathieMaladies traitéesDouleur et homéopathie
Douleur et homéopathie
Lundi 2 mai 2016, par Julien

Combattre la douleur par homéopathie

La douleur, qu'elle soit aiguë ou chronique, est une expérience désagréable qui peut faire souffrir physiquement un individu. Elle est ressentie de façon plus ou intense dans l’organisme qui éprouve alors des sensations de pincements, de picotements, de tiraillements, de meurtrissures, de contorsion, de déchirure, etc. La douleur peut être brulante, spasmodique ulcérante, lancinante, fulgurante et circonscrite dans un organe ou une région anatomique bien spécifique, définissant, entre autres les douleurs abdominales, dentaires, articulaires plus ou moins vives. Parfois, diffuse, elle est difficile à localiser de façon précise, car elle est ressentie dans différentes parties du corps humains.

Plusieurs facteurs, évènements ou conditions physiologiques peuvent générer des sensations douloureuses dans l’organisme. La douleur peut alors provenir d’une pathologie (migraine céphalées, lombalgie, etc.), d’une brûlure ou d’une chirurgie. Une lésion au niveau d’un nerf ou d’un tissu peut, également, provoquer une sensation douloureuse. La douleur peut être attribuable à un traumatisme, à une lésion au niveau du système nerveux, à des inflammations douloureuses des articulations ou à une affection neurologique.

Le traitement de la douleur

Il existe un éventail de remèdes homéopathies particulièrement efficaces dans le cadre du traitement de la douleur. Grace à l’efficacité clinique qui les caractérise, ces remèdes permettent de limiter le recours aux analgésies pharmacologiques qui ont des effets secondaires ou induisent une dépendance.

L’un des médicaments homéopathiques largement utilisé pour soulager la douleur est Arnica montana 5 CH. Il est recommandé dans le cadre du traitement des blessures ou des tissus mous endommagés par un traumatisme. Ainsi, il est prescrit en première intention en présence d’un traumatisme, d’une blessure, d’une entorse ou des ecchymoses associées à la chirurgie. Pour soulager les traumatismes (les contusions, les douleurs musculaires), le patient devra absorber 5 granules trois fois par jour.

Bryonia alba est un remède qui est indiqué en présence des douleurs musculaires, aggravées par les mouvements ; des maux de tête induits par le froid, accompagnés de congestion nasale, de rhume. Par ailleurs, il permet d’atténuer les douleurs oculaires, dentaires, menstruelles, abdominales, articulaires ainsi que les douleurs localisées au niveau des seins (mastites) ou de la gorge. La posologie administrée est de 5 granules de Bryonia alba 9 CH au moment des douleurs en cas de mastites ou 5 granules de Bryonia alba 5 CH, deux fois par jour pendant dix jours en présence des douleurs articulaires

Belladonna est également administré en vue de traiter les douleurs de diverses natures localisées dans plusieurs régions anatomiques. Ce médicament convient parfaitement aux patients affectés par les céphalées, par une violente inflammation de l’œil, par des douleurs déchirantes au niveau de l’oreille ou des maxillaires, par des douleurs brûlantes au niveau de la poitrine, par des douleurs lancinantes de l’épaule. Il est, également, préconisé en présence des inflammations accompagnées de rougeur et de douleur battantes (panaris). Dans ce cas, Belladonna 9 CH est prescrit à raison de 5 granules 3 à 4 fois par jour. De façon spécifique, en présence des céphalées, la posologie préconisée est de 4 granules de Belladonna 4-9 CH toutes les 1 ou 2 heures en fonction de l’intensité des douleurs, puis un espacement des prises en fonction des améliorations.

Quand consulter un médecin ?

Toute douleur persistante malgré le traitement doit amener le patient à consulter impérativement un médecin. Il est, également, recommandé de solliciter l’avis d’un médecin en cas de douleur associée à une fièvre persistante ou à une raideur durable. Lorsque la douleur traine et ne s’améliore, des examens médicaux ou des bilans biologiques peuvent être nécessaires en vue de déterminer avec précision l’origine de cette souffrance.

Auteur: Julien

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.